Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Lecture

Derniere minute

KHENCHELA



Culminant à 1 120 mètres d’altitude, la ville de Khenchela, dans le Sud-est algérien, est située à 48 Km au sud-ouest d’Ain-Beida ? La ville de Khenchela est construite au pied des contreforts du massif de l'Aurès, elle est dominée à l'ouest par le mont Ras Sardhoun à 1263 mètres.

 

 

A l'est, elle est bordée par l'oued Baghai. Khenchela est le nom de la fille de la reine Dihya (Kahena). Khenchela est dite aussi Khenshala ou Hansala selon les documents. Khen ou Hen signifie colombe, oiseau ou poule, et Chela, Shala ou Sala signifie la paix. Khenchela signifie la messagère de la paix. 

 

HISTOIRE

 

Après la conquête de l’Afrique du Nord par les Romains, ces derniers n’hésiteront pas à s’installer dans la région de Khenchela, afin de mettre à profit sa position stratégique. Mascula voit donc le jour au premier siècle après Jésus-Christ, créée par la troisième légion romaine «Augusta».

 

Erigée sur le bord nord du plateau, Mascula vivra sous l’empire romain une longue période d’effervescence et de vitalité, pour preuve, le nombre important de ruines, visibles encore aujourd’hui, jusque dans les plaines de SBIKHA et REMILA.

 

Selon les archéologues qui ont eu à étudier ces vestiges, Khenchela a vu se développer à cette époque des centres urbains, tout au long des grandes voies de pénétration militaires, notamment Theveste-Lambese, en passant par Mascula et Baghai. Après la chute de l’empire romain et le départ des légions romaines, la région tombera dans la décrépitude et l’abandon.

 

 

Présence turque 1515-1830

 

A partir de 1515, c’est au tour des Turcs de faire leur entrée en Algérie. Toutefois, si les Ottomans sont fortement présents dans certaines villes et régions du pays comme les Aurès, dans d’autres en revanche, comme par exemple à Khenchela, leur souveraineté ne sera que nominale avec un seul intérêt la perception de l’impôt.  Les Amamras de la région, détenant le contrôle du passage des Hauts plateaux aux parcours sahariens, ce fut une source de conflits avec les Haractas, les Segnias et les Nemamchas. Conflits se traduisant par des affrontements sanglants aux points d'eau comme l'a révélé le charnier découvert à la source d'Ain Tamairouth à l'occasion de la construction de la route du Sud.

 

 

Présence française 1830 –1962

 

S’il existe un territoire hostile c’est bien celui des Chaouia. Chaouia vient de l’arabe cha : brebis. C’est un terme un peu méprisant, appliqué par les chameliers sahariens à des gens qui sont réduits à des occupations sans grandeur, l’élevage des moutons et des chèvres, et qui sont exclus du vrai nomadisme.

 

Plusieurs tentatives d’intrusions par l’armée française furent vaines. A l’été 1850, le général de SAINT-ARNAUD entreprend une campagne en règle. Il commence à construire une redoute à KHENCHELA, pour assurer la surveillance du massif du côté Est, et y laisse une garnison : de là, avec 4 900 hommes environ, il s’avance chez les Nemencha, les traque en tous sens, les poursuit au-delà de Tébessa. 

 

Les Hauts plateaux de la province de Constantine, resserrés par le rapprochement de l’Atlas tellien et de l’Atlas saharien, sont en outre morcelés par quelques petites arêtes montagneuses en une série de cuvettes juxtaposées. Les centres de colonisation jetés au milieu des steppes arides jalonnent comme des oasis les routes qui mènent à la zone bordière de l’Aurès, un peu plus humide, par la suite un peu moins infertile.

 

Cette zone bordière de l’Aurès vit apparaître les premiers colons français : en 1848, ceux de Batna, en 1862 ceux de Fesdis et de Lambeze, en 1869, ceux d’El-Madher, en 1872, ceux de MAC-MAHON et en 1874, ceux de KHENCHELA dont le recensement de 1877 a révélé la présence de 850 colons.

 

KHENCHELA : Centre de population existant en 1874, officiellement créé par arrêté du 28 février 1876, chef-lieu de la commune mixte du même nom. Il est érigé en commune de plein exercice par décret du 20 mars 1911. La commune est rattachée au département de BATNA en 1956.

 

Dans les premiers temps de création, vers 1874 (la date le sa livraison aux services coloniaux), KHENCHELA était composée d’un quartier de forme orthogonale, qui contient des constructions à usage d’habitation, avec quelques équipements nécessaires pour le bon déroulement de l’administration et de la gestion de la vie quotidienne des habitants. L’un de ces équipements importants conçus à l’époque est le Bordj de commandement qui s’étale sur la devanture Ouest du centre. Avec le temps, ce dernier s’est grandi et s’est enrichi par d’autres équipements, par des extensions internes et par la juxtaposition d’autres tissus qui apparaitront ultérieurement à la périphérie de la devanture Nord du centre comme des corps urbain étrangers.

 

Le centre et le douar de Khenchela sont constitués en commune mixte de territoire militaire par arrêté du 4 décembre 1874. Cette commune passe sous administration civile par arrêté du 21 décembre 1880. Elle est effectivement constituée et remise à l'autorité civile le 31 mars 1881 (arrêté du 27 janvier 1881).

 

Une partie des territoires constituant la commune indigène de Khenchela lui sont rattachés par arrêté du 15 novembre 1912 (à effet au 1er janvier 1913). Elle est supprimée par arrêté du 14 janvier 1957.

 

D'une superficie approchant le million d'hectares, la commune mixte, d'une orientation générale Nord-sud, s'étend du Chott TARF au Nord au Chott MELGUIR au Sud, sur une longueur approximative de 160 kilomètres, englobant à l'Ouest la partie orientale de l'Aurès et à l'Est, une partie de la chaîne des monts NEMENTCHAS. Son territoire a vu son périmètre amputé du col de KHENCHELA et d'une partie du douar BOUDERHEM lors de la création de la commune de plein exercice de KHENCHELA (par décret du 20 mars 1911) avant d'être agrandi en 1912 par le rattachement des douars OULDJA-CHECHAR, ALIENAS, TABERDGA, KHANGA-Sidi-NADJI, MAHMEL, MAGGADA et TAMAROUT suite à la dissolution de la commune indigène de KHENCHELA (par arrêté du Gouverneur général du 12 novembre 1912). Divisée en sections administratives plus restreintes, la commune mixte compte neuf centres de colonisation (représentés par des conseillers municipaux) et dix douars dirigés chacun par un caïd. L'unité de cette commune est assurée par la présence à sa tête d'un administrateur nommé.

 

 

Sa composition était la suivante :

 

-AUGUSTE COMTE : Le centre de population de la commune mixte de KHENCHELA, créé par décret du 7 novembre 1909 sous le nom de BAGHAÏ, prend le nom d'AUGUSTE COMTE par décision du gouverneur général du 7 juillet 1913. Celle-ci est confirmée par décret du 28 décembre 1915. Le centre est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957 (avec les douars BAGHAÏ et KHENCHELA).

 

-EDGAR QUINET : Le centre de population de FOUM EL GUEISS de la commune mixte de KHENCHELA, établi en 1911, prend le nom d'EDGAR- QUINET par décision du gouverneur général du 7 juillet 1913, confirmée par décret du 28 décembre 1915.

 

Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Une section administrative spécialisée porte le nom d'EDGAR-QUINET.

 

KHANGA-SIDI-NADJI : Douar issu du territoire de la tribu du Djebel Chechar délimité par arrêté du 21 septembre 1906 et constitué en quatre douars : OULDJA, CHECHAR, ALIENNAS, TABENDGA et KHANGA SIDI NADJI.

 

Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Une section administrative spécialisée porte le nom de cette commune.

 

-KHENCHELA : Centre de population existant en 1874, officiellement créé par arrêté du 28 février 1876, chef-lieu de la commune mixte du même nom. Il est érigé en commune de plein exercice par décret du 20 mars 1911.

 

-M’CHOUNECHE : Territoire de tribu délimité et constitué en un seul douar par décret du 31 décembre 1866. Il est rattaché à la commune mixte de KHENCHELA (1874) puis à celle des AURES (1912). Il est érigé en commune par arrêté du 12 janvier 1957.

 

Une section administrative spécialisée porte le nom de cette commune.

 

-M’TOUSSA : Douar issu du territoire de la tribu des HARACTAS délimité par décret du 8 juin 1870 et constitué en 26 douars. D'abord intégré à la commune indigène d'AÏN BEÏDA, il est rattaché à la commune mixte de La MESKIANA par arrêté du 21 décembre 1880, puis à la commune mixte de KHENCHELA par arrêté du 23 juin 1893. Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957.

 

-MELLAGOU : Douar issu du territoire de la tribu des BENI OUDJANA délimité par arrêté du 17 décembre 1909 et constitué en quatre douars : CHELIA, MELLAGOU, TAOUZIENT et YABOUS. Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Siège : BOU HAMAMA. Une section administrative spécialisée porte le nom de cette commune.

 

-OUED TAMZA : Douar issu du territoire de la tribu des AMAMRA délimité par décret du 8 septembre 1869 et constitué en cinq douars : Oued TAMZA, Ouled ENSIGHA, KHENCHELA, Ouled BOU DERHEM et REMILA. Il est ensuite rattaché à la commune mixte de KHENCHELA par arrêté du 21 décembre 1880 (à effet au 1er janvier 1881). Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957.

 

-RASSIRA : Territoire de tribu délimité et constitué en un seul douar par décret du 8 août 1869. Il est ensuite rattaché à la commune mixte de KHENCHELA (1874) puis à celle de l'AURES (1912). Il est érigé en commune par arrêté du 12 janvier 1957, sous le nom de TIFFELFEL.

 

-TABERGDA : Douar de la commune mixte de KHENCHELA, érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Une section administrative spécialisée porte le nom de cette commune.

 

-TAOUZIENT : Douar issu du territoire de la tribu des BENI OUDJANA délimité par arrêté du 17 décembre 1909 et constitué en quatre douars : CHELIA, MELLAGOU, TAOUZIENT et YABOUS. Un projet de centre de population est dressé en 1910-1915. Le douar est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Siège : BIR SOUFFI.

 

-YABOUS : Douar issu du territoire de la tribu des BENI OUDJANA délimité par arrêté du 17 décembre 1909 et constitué en quatre douars : CHELIA, MELLAGOU, TAOUZIENT et YABOUS. Il est érigé en commune par arrêté du 14 janvier 1957. Siège : TAGHERIS.

 

-Une section administrative spécialisée porte le nom de cette commune.

 

-ZELLATOU : Douar issu du territoire de la tribu des BENI BOU SLIMAN délimité et constitué en un seul douar par arrêté du 11 mai 1892. Il est d'abord rattaché à la commune mixte de KHENCHELA (poste de T'KOUT) puis à la commune mixte de l'AURES (1912). Il est érigé en commune par arrêté du 12 janvier 1957 sous le nom de T'KOUT.

 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2