Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Lecture

Derniere minute

NEMOURS (2e et 3e partie)



LES MAIRES - Source ANOM :

Erigée en Commune de Plein Exercice par décret du 27 janvier 1869 la ville de NEMOURS a été officiellement créée le 24 décembre 1846. NEMOURS a été également le siège d’une commune-mixte éponyme de 1875 à 1880. Ses édiles ont été successivement : 

- Source Assemblée Nationale - 

1871 à 1874 : M. BOLLARD Ernest, Maire ; 

1874 à 1884 : M. DREVETON Clément, Maire ; 

1884 à 1886 : M. LONGCHAMP Auguste, Maire ; 

1886 à 1889 : M. DREVETON Gustave, Maire ; 

1889 à 1892 : M. FENOUIL César, Maire ; 

1892 à… 

1929 à 1935 : M. LABRADOR Octave, Maire ; 

1935 à : M. RIBES Jean, Maire ; 

L’Hôtel de ville à droite 

Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD 

Né le 29 mai 1883 à NEMOURS (Oran) et décédé le 23 juillet 1953 à Paris - Député d'Oran de 1946 à 1953. Ancien combattant des deux guerres (il est notamment titulaire de la Croix de guerre 1914-1918 et de la Médaille militaire), il écrit dans L'Echo d'Oran, l'une des principales publications d'Algérie, dont il dirige ensuite la rédaction. En parallèle à ses activités dans la presse, Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD s'engage dans la vie politique, devenant adjoint au maire de la ville d'Oran et président de la Fédération des élus musulmans de l'Oranie. 

L'activité politique d'Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD s'intensifie à partir de 1946 : il est d'abord élu conseiller général de MARNIA, du département d'Oran, puis, en novembre, député du deuxième collège de la circonscription d'Oran, à la tête d'une liste « démocratique indépendante d'Union franco-musulmane ». 

Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD est nommé membre de la Commission des pensions, dont il est élu vice-président en 1948 ; il siège par ailleurs à la Commission de la défense nationale. Apparenté au groupe radical-socialiste, il consacre l'essentiel de son activité parlementaire à la lutte pour l'égalité des droits entre « Français » et « Musulmans » ; il dépose ainsi, le 9 avril 1951, une proposition de loi visant à modifier la loi du 27 mars 1907 instituant les conseils de prud'hommes, pour permettre aux conseillers élus « à titre musulman » dans les colonies de siéger dans les mêmes conditions et avec les mêmes droits que leurs collègues élus « à titre français ». 

Dans le même esprit, le député d'Oran intervient quelques mois plus tard, le 20 août 1947, à la tribune de l'Assemblée, au cours de la discussion du projet de loi portant statut de l'Algérie, pour protester, « en qualité d'ancien combattant volontaire des guerres 1914-1918 et 1939-1945, contre l'inégalité dont sont victimes les pensionnés et les combattants musulmans par rapport à leurs camarades Français ». 

Le 21 mars 1951, il intervient de nouveau, au cours de la discussion du projet de loi relatif à l'élection des membres de l'Assemblée nationale, pour soutenir l'amendement du député d'Alger Mohamed BENTAÏEB, tendant à accroître substantiellement la représentation des départements algériens au sein de l'Assemblée : « Montrez que la France veut aider les Musulmans, qu'elle est à côté d'eux comme ils sont à côté de vous », exhorte-t-il en vain ses collègues. 

Aux élections législatives du 17 juin 1951, Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD sollicite le renouvellement de son mandat à la tête d'une liste « démocratique indépendante d'Union franco-musulmane ». Dans ses engagements électoraux, il annonce, comme résultats de son action pendant la précédente législature, « la création de groupes scolaires dans des douars éloignés et l'augmentation de leur nombre dans ceux existants ; l'enseignement de la langue arabe dans tous les établissements de l'Etat ; la création d'écoles coraniques dans les douars ; l'électrification de certains douars ; les travaux d'adduction d'eaux dans les centres éloignés ; l'obtention de crédits pour des grands travaux, notamment dans le port de Mers-el-Kébir ; les interventions en faveur de la retraite des vieux travailleurs musulmans ». 

La liste remporte un succès écrasant, ayant 154 385 voix sur 200 364 suffrages exprimés ; les autres listes, dont celle du parti communiste, sont écrasées, et la liste d’Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD emporte les trois sièges à pourvoir. 

Le député d'Oran est élu secrétaire de la Commission des pensions et secrétaire de la Commission de la défense nationale. Son activité parlementaire, au cours de la législature, est relativement réduite ; son intervention la plus notable, le 26 janvier 1953, est pour réclamer l'ouverture de postes d'aumôniers musulmans dans l'armée française. Ahmed MEKKI-BEZZEGHOUD décède en cours de mandat, le 23 juillet 1953, à Paris. 

D.B.F.M (Demi-Brigade de Fusiliers Marins) 

En 1954, la marine nationale remplit, en Algérie, des missions bien spécifiques, Il s’agit essentiellement de la surveillance maritime ou Surmar, contrôle traditionnel exercé dans les eaux territoriales constituées par une bande de 3 nautiques sur le littoral de l’Algérie et de la Tunisie, de 6 nautiques sur le littoral du Maroc, distance comptée à partir de la limite des eaux nationales. La Marine assume donc la défense d’un littoral de plus de 1 500 km de côtes découpées qui rendent la surveillance d’autant plus ardue. Elle dispose pour cela d’un certain nombre de bâtiments : 3 escorteurs côtiers, 1 patrouilleur et 4 flottilles de l’aéronautique navale. 

DEMOGRAPHIE 

Année 1884 = 2 435 habitants dont 686 Européens ; Année 1902 = 1 931 habitants dont 959 Européens ; Année 1936 = 7 056 habitants dont 2 348 Européens ; Année 1954 = 13 245 habitants dont 2 678 Européens ; Année 1960 = 15 211 habitants dont 2 047 Européens. 

En 1956 une violente tornade, dont les vents oscillent à 210 Km/h, occasionne de gros dégâts à NEMOURS : 17 morts (civils et militaires) et une cinquantaine de blessés. 

L’EGLISE : Transformée en grande surface commerciale après l’indépendance. 

La ville de NEMOURS est rattachée au département de TLEMCEN en 1956. 

DEPARTEMENT 

Le département de TLEMCEN fut un département français d'Algérie entre 1957 et 1962, avec pour code 9M. 

L'ancien département d'ORAN fut dissous le 20 mai 1957 et ses quatre parties furent transformées en départements. Le département de TLEMCEN fut donc créé à cette date, et couvrait une superficie de 8 100 km2 sur laquelle résidaient 371 956 habitants et possédait quatre sous-préfectures, BENI-SAF, MARNIA, NEMOURS et SEBDOU.

L’Arrondissement de NEMOURS comprenait six localités :

BENI-MENIR ; BENI-MISHEL ; NEDROMA ; NEMOURS ; SOUHALIA ; SOUK-EL-TLETA. 

MONUMENT AUX MORTS 

Le relevé n°57161 mentionne les noms de 53 soldats « Morts pour la France » au titre de la Guerre 1914/1918 ; à savoir : 

AHMED Ben Ahmed (Mort en 1915) – AHMED Ben Tahar (1915) – AÏDOUNI Ammar (1915) –ARROUASSE Sadia (1916) –BACHIR Ben Mokhtar (1915) –BARAQUET Jean Sébastien (1914) – BELEN Joseph (1915) – BEN BANOUN Aron (1914) – BEN ITACH Ichoua (1917) – BEN KHELIFA Ahmed (1918) – BEN SOUSSAN Chaloum (1917) – BEN SOUSSAN Chemaon (1918) – BENAYOUNE Messaoud (1918) – BERRABAH Mostefa (1915) – CANO Pierre (1916) – CENENT J. Baptiste (1917) – CHOUKROUM Moïse (1914) – DE SELVES Félix (1916) –DERRAS Mohammed (1915) – DRAY Abraham (1916) – DREVETON Edouard (1916) – FONT Joseph (1916) – GHERRAM Mammar (1914) – GINDRE Justin (1918) – GIOCANTI Joseph (1916) –GIRAUD Marcel (1915) –GONZALES Jean (1915) –GUILLAMO Vincent (1915) –HASSAÏNE OuldHoussin (1914) – IDARGO Antoine (1916) –KAROUR Amar (1918) – KORECHE Mohammed (1916) – LEVY Ayouch (1915) – LOZE Maurice (1914) – MALLEBRERA François (1914) - MALLEBRERA Manuel (1915) – MANSOURI Mohammed (1915) – MARTINEZ Antoine (1914) – MARTINEZ Joseph (1914) – MARTINEZ Louis (1915) – MARTINEZ Manuel (1919) – MARTINEZ Ramon (1915) – MARTINEZ Vincent (1918) – MEHALI Abdelkader (1916) – OUCHDI Ahmed (1915) – PITZINI Joseph (1916) – PONS Gaëtan (1915) – RADJ Rabah (1914) – RAMON Francisco (1914) –RASTOLL Fulgence (1916) –SEBAN Mardochée (1915) – SERVELL Dominique (1914) – SERVELL Vicente (1915) - 

 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2