Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Lecture

Derniere minute

FORT-NATIONAL (1er partie)



En Kabylie, culminant à 901 mètres d’altitude, FORT-NATIONAL (ex- FORT-NAPOLEON) est situé à 104 km à l’Est d’ALGER et à 27 km de TIZI-OUZOU, son chef lieu départemental.

Caractérisée par un climat méditerranéen avec été chaud. La Grande Kabylie se distingue par son altitude des régions voisines et s'étend, du Nord au Sud, de la côte méditerranéenne  jusqu'aux crêtes du Djurdjura. Trois ensembles montagneux en occupent la plus grande part : dans le Nord, jusqu'à la mer, et dans l'Est, les hauts massifs boisés de la Kabylie maritime, région côtière qui culmine au mont TAMGOUT (1 278 m), et de l'AKFADOU, qui marque le début de la Petite Kabylie ; dans le Sud, la chaîne calcaire du Djurdjura, surplombant au Nord-ouest la dépression DRAÂ-EL-MIZAN - OUADHIA, au sud la vallée de l'oued Sahel-Soummam, et culminant au LALLA-KHADIDJA, plus haut sommet de l'Atlas tellien (2 308 m). Entre les deux, bordées au nord par le bassin du SEBAOU, jouxtant le Djurdjura au Sud-est, profondément entaillées par de nombreuses gorges, les montagnes anciennes du massif AGAWA, le plus densément peuplé, avec huit cents mètres d'altitude moyenne. C'est là que se trouvent TIZI -OUZOU, principale ville de Grande Kabylie, et FORT-NATIONAL, centre urbain le plus élevé de la région, à environ 1000 mètres d'altitude. Le territoire de la Grande Kabylie recouvre aujourd'hui la région de TIZI-OUZOU et une partie de celle de BOUIRA et ROCHER-NOIR. Les expressions de «Haute Kabylie» ou de «Kabylie du Djurdjura» sont souvent employées comme synonymes de «Grande Kabylie», l'une ou l'autre de ces appellations pouvant aussi désigner, plus spécifiquement, la partie située au Sud du SEBAOU. Les franges méridionales de la région, au Sud du Djurdjura, autour de la vallée de l'oued Sahel, peuvent être considérées comme un ensemble à part, distinct des Grande et Petite Kabylie et centré sur la ville de BOUIRA. Au milieu du chaos de vallées profondes et de mamelons qui constituent le massif des ZOUAOUA, il existe une arête plus continue que les autres ; partant du col de TIROUDA, elle passe par MICHELET, par FORT-NATIONAL, puis s'abaisse brusquement sur le SEBAOU par des pentes abruptes et difficiles à gravir. C'est l'axe de la Kabylie.

HISTOIRE

Située sur un relief tourmenté et accidenté, la vaste et puissante confédération des Ath Irathen campe au Nord de la chaîne montagneuse du Djurdjura, à ses avant-postes et au cœur du pays kabyle.

Depuis longtemps, les envahisseurs qui ont tenté de s'installer sur le territoire kabyle ont eu maille à partir avec les belliqueux montagnards habitant cette confédération. Nombreuses furent les interventions, les instigations et les résistances des valeureux Ath Irathen qui, s'ils ne combattaient pas, soutenaient indirectement (matériellement, financièrement et moralement) leurs coreligionnaires dans leur résistance.

Au cœur des soubresauts qui ont ébranlé le pays kabyle depuis l'Antiquité, les Irathen s'opposèrent, déjà, dans le sillage de TACFARINAS et FIRMUS, aux légions romaines, dont les traces sont attestées par la présence de vestiges antiques, exhumés suite aux fouilles archéologiques effectuées au siècle dernier par le lieutenant Henri AUCAPITAINE.  Puis ils résistèrent, pied à pied, à la poussée des conquérants arabes, incarnés par la dynastie Fatimide et ses razzias destructrices. La côte qui s'étend de COLLO jusqu'à ALGER, connut dès 1505 des incursions répétées émanant des flottes espagnoles et italiennes ayant pour conséquence l'occupation ibérique des ports de BOUGIE, DJIDJELLI et COLLO. Suite à ces menées hostiles, les Turcs seront appelés à la rescousse par les souverains berbères en tant que "protecteurs musulmans" pour en finir avec ces agressions, animées par l'esprit de la Reconquista qui a conduit au refoulement des Musulmans hors d'Espagne.

Période Turque 1515 - 1830 Berbérie

Le caïd turc Ali KHODJA, soutenu par des fractions tribales supplétives de la plaine des AMRAOUA, était parvenu à «apprivoiser» un tant soit peu les Kabyles. Il bâtit des bordjs (fortins) avancés, qu'il égrena à des distances à peu près égales les uns des autres dans la plaine afin, de contrôler les Kabyles ou les emprisonner et d'y collecter les impôts ; ce qui n'était pas pour plaire aux habitants de la région : nous citons Bordj-BOGHNI, Bordj-SEBAOU, Bordj MENAÏEL et Bordj-BOUIRA sur les contreforts méridionaux du Djurdjura.  Puis, afin de concurrencer l'économie des belliqueux montagnards, il créa le marché du samedi, appelé SEBT-ELKHODJA, dans la cité actuelle de TIZI-OUZOU.

Un de ses successeurs, en la personne de Mohammed ED-DEBBAH, voulut réussir là où les autres conquérants ont échoué en tentant de soumettre coûte que coûte et par la force cette montagne insolente. Pour ce faire, il décida de commencer sa campagne aventurière à la tête de son armée - lui qui venait d'être élevé au grade de bey du Titteri à partir de 1750 - par les Ath IRATHEN qu'il croyait bien connaître pour avoir été élève dans l'une de leurs zaouïas ; l'école coranique du village d'IRDJEN qu'il fréquenta dès son jeune âge.

A peine s'était-il engouffré dans les escarpements du village qu'il fut abattu par un commando qui l'attendait près d’IRDJEN et ses troupes chassées au-delà des rives du SEBAOU. Sa mort fut gardée secrète pendant quelques jours pour permettre à ses soldats, à qui on invoqua un malaise de leur chef, de se retirer dans la discipline. Mohammed ED-DEBBAH (l'égorgeur !) fut inhumé sur la route d'Alger, près de REBEVAL.

Période française 1830 - 1962

ALGER capitula le 5 juillet 1830 mettant ainsi fin aux actions de piraterie dans la Méditerranée. La plaine d’ALGER reçut les premiers colons agricoles venus de France. Puis la colonisation s’étendit progressivement et quelquefois difficilement, ce qui fut le cas avec la Kabylie et ses montagnes. Les massifs montagneux de la Kabylie, dernier refuge des Berbères devant la conquête Arabe, dernier foyer de résistance des Musulmans à la conquête française, ont été parmi les dernières régions ouvertes à la colonisation. Les villages français ne s’y trouvaient qu’au fond des vallées intérieures ou sur les routes stratégiques pour assurer la soumission des Indigènes. La seule puissance qui réussit à dominer les Ath Irathen, mettant fin à la sacro-sainte indépendance du Djurdjura est la France. Plusieurs expéditions et incursions furent organisées et tentées en Kabylie. Seules les tribus de la plaine furent vaincues et encore ; de nombreuses fois, sous l'impulsion et les encouragements des montagnards, elles se déclaraient bien souvent insoumises.

Souvenirs algériens du 21 janvier 1852

Passage du DJURDJURA par BOSQUET - Auteur Gaston MARGUET - «Le froid et la neige nous ont tué plus de soldats que le soleil et la fièvre» déclarait un jour le maréchal CANROBERT en parlant de ses campagnes d’Afrique. Aussi, parmi les actions d’éclat que l’histoire de la pacification de l’Algérie à enregistrer, doit-on compter le passage de la colonne BOSQUET, par-dessus les cimes glacées du Djurdjura, à travers les forêts sauvages de YAKOUREN et de l’AKFADOU,  comme un des plus énergiques. C’est pour tomber sur BOU BARLA à l’improviste, par des chemins détournés, et à une époque de l’année où la neige rend tous les sentiers de la Kabylie impraticables, que la colonne BOSQUET entreprît de franchir les cimes altières, qui ont reçu, depuis,  le surnom des «Alpes africaines». Ce BOU BARLA (ou BAGHLA, l’homme à la mule) était un marabout fanatique qui, venu on ne sait d’où, s’était fait passer pour Chérif et avait prêché la guerre sainte, contre les Français, aux rudes montagnards kabyles, soulevant contre nous toute la région de l’Oued SAHEL (ou SOUMMAM) qui sépare la Petite KABYLIE de la Grande.

La colonne BOSQUET, partie d’ALGER pour se rendre dans la vallée de BOUGIE, gagna d’abord le bassin du SEBAOU. Pour assurer une communication sur ces derrières, elle construisit, au passage à DRA-EL-MIZAN (à 113 km d’ALGER), dans une petite redoute en terre édifiée l’année précédente, un blockhaus en troncs d’arbres, où s’installa un jeune lieutenant qui, avec 40 hommes de son choix, parvint longtemps à imposer le respect à une population de plus de cent milles kabyles, jusqu’alors indomptés. Ce Lieutenant s’appelait BEAUPRÊTRE, et son nom ne devait pas tarder à être connu dans toute l’Algérie.

Continuant sa marche vers l’Ouest, au milieu des neiges, la colonne BOSQUET franchit le DJURDJURA au col d’AÏT-HAMMAM, par 1 250 mètres d’altitude, traçant sur son passage à travers les forêts de YAKOUREN et de l’AKFADOU une piste carrossable qui a servi à l’installation, il y a 20 ans, de cette prestigieuse route qui va d’AZAZGA à la vallée de BOUGIE. Le 21 janvier 1852, les trois milles hommes de la colonne BOSQUET débouchaient des flancs du Djurdjura à Ksar KEBOUCH, au-dessus d’EL-KSEUR, où campaient BOU-BARLA et ses lieutenants ; Si KOUIDER et Si DJOUDI. Ils étaient loin de s’attendre à l’arrivée de ces diables de Français par un temps pareil. Les tribus rebelles s’enfuirent à notre approche et BOU-BARLA, abandonné de tous, dû se réfugier dans la région des TABABORS au Sud de DJIDJELLI. 1854 a vu RANDON, alors gouverneur général de l'Algérie, conduire une armée vers le cœur du Djurdjura, passant par BOUBHIR (TIZI-OUZOU), à la poursuite de BOU-BAGHLA, réfugié chez les Ath Irathen. Cette expédition échoua une première fois et les contingents montagnards, sous l'impulsion de Lalla Fatma N’ SOUMER pourchassèrent l'ennemi jusqu'aux limites de TIZI-OUZOU. Après avoir doté le centre de TIZI-OUZOU d'une garnison rassurante en 1855 et une fois la guerre de Crimée terminée, le maréchal RANDON, ayant reçu le feu vert de l'empereur Napoléon III pour une expédition d'envergure sur le Djurdjura, réunit un arsenal jamais égalé dans l'histoire du pays décidé à en finir définitivement avec les farouches Kabyles jalousement repliés sur leurs montagnes, la dernière citadelle indépendante du Nord de l'Algérie qui continuait à nous narguer.

Nous laissons maintenant à M. HAUTEJA Michel le soin vous exposer son récit sur FORT-NAPOLEON devenu plus tard FORT-NATIONAL : Forteresse construite par les Français en 1857 et centre de population, nommés Fort-NAPOLEON sous le Second Empire. La commune mixte (territoire militaire) est érigée en Commune de Plein.

Exercice par décret du 11 septembre 1873. Etaient rattachées à cette commune deux annexes :  -BENI IRATEN : Une partie du territoire de la tribu des Beni Iraten est soustraite de la commune mixte de Fort-National pour être rattachée à la commune de plein exercice de Fort-National par arrêté du 13 mai 1886. Le territoire de la tribu des Aït Iraten (ou Beni Iraten) est délimité par arrêté du 4 juillet 1895 et constitué en trois douars : Ousammeur,  Iraten et Oumalou -TAOURIT AMOKRANE : Village existant en 1950. »

 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2