Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Lecture

Derniere minute

C H E R A G A S (3éme partie et fin)



La commune de CHERAGAS, à 145 mètres d’altitude, est située au Nord-ouest d'Alger à environ 18 km. Climat méditerranéen avec été chaud. L’origine du nom du village variera de SCHARAYAH, CHERRGAS et enfin CHERAGAS.

 «Cette appellation sarcastique eut cours longtemps, sans plaire à tout le monde, bien entendu ; mais paix aux mânes de « FIORI l’anisette » qui était loin d’être méchant ». 

Député d’Alger (1919 à 1924 et de 1932 à 1942) FIORI Henri (1881/1963)                                                              

Au cours des deux premiers mandats qu'il exerça, il déposa plusieurs propositions de résolution ou de loi, marquées par les préoccupations de l'après-guerre, de même qu'à la tribune il s'intéressa spécialement à des problèmes découlant des événements de la Grande guerre ou concernant plus particulièrement l'Afrique du Nord. 

1953 : Ouverture du premier établissement public pour jeunes filles de justice, à CHERAGAS. Considéré dès ses débuts comme une institution modèle, il est construit de toute pièce, sur le strict modèle pavillonnaire en vigueur en métropole. L'aménagement a été pensé pour une stricte éducation féminine, dans laquelle la transposition des méthodes métropolitaines est complètement assumée, à partir d'un enseignement général et surtout d'un enseignement ménager qui tient lieu de formation professionnelle. Classe, enseignement ménager, coupe, couture, tapis sont là pour former de futures bonnes à tout faire pour familles européennes de la bourgeoisie. 

LES MAIRES
CHERAGAS, commune de Plein Exercice depuis 1856, ses maires successifs ont été : 

-1856 à 1864 : M. MERCURIN Henri ; 

-1883 à 1884 : M. BORDO Louis ;  

-1864 à 1870 : M. LECAT Jean-Baptiste ;                                                             

-1884 à 1888 : M. BEZARD Charles  

-1870 à 1875 : M. AVERSENG Pierre ;                                                                   

-1888 à 1897 : M. BORDO Louis ; 

-1875 à 1879 : M. MERCURIN Henri ;                                                                    

-1897 à 1902 : M. DUNOYER Antoine;  

-1879 à 1881 : M. REDONNET Louis ;                                                                    

-1902 à 1904 : M. BORDO Louis ;    

-1881 à 1882 : M. BORDO Louis ;  

-1904 à 1906 : M. GALAND Achille ; 

-1882 à 1883 : M. REDONNET Louis ;                                                                    

-1906 à 1909 : M. FUNEL Joseph. 

Si vous avez des infos qui pourraient nous permettre de compléter cette liste nous vous en remercions d’avance.  

DEMOGRAPHIE 

Année 1936 : 5 807 habitants dont 1 826 européens ;
Année 1954 : 6 751 habitants dont 1 788 européens ;
Année 1960 : 11 170 habitants dont 1 788 européens. 

DEPARTEMENT                                                                                                                                                                      

Le département d’ALGER est un des départements d'Algérie, qui a existé entre 1848 et 1962 avec l’index 91 puis 9A.                                           

Considérée comme une province française, l'Algérie fut départementalisée le 9 décembre 1848. Les départements créés à cette date étaient la zone civile des trois provinces correspondant aux beyliks de la régence d'ALGER récemment conquis.                                                                                                                    Par conséquent, la ville d'ALGER fut faite préfecture du département portant son nom, couvrant alors le centre de l'Algérie, laissant à l'Est le département de CONSTANTINE et à l'Ouest le département d'ORAN.                                                                                    

Les provinces d'Algérie furent totalement départementalisées au début de la IIIe république, et le département d'ALGER couvrait alors un peu plus de 170 000 km2. Il fut divisé en six arrondissements dont les sous-préfectures étaient : AUMAL, BLIDA, MEDEA, MILIANA, ORLEANSVILLE et TIZI OUZOU.                     

Le 28 janvier 1956, une réforme administrative visant à tenir compte de la forte croissance démographique qu'avait connu le pays, amputa le département d'Alger de son arrière-pays et créant ainsi le 20 mai 1957, trois départements supplémentaires : le département du TITTERI (chef-lieu MEDEA), le département du Chélif (chef-lieu ORLEANSVILLE) et le département de la Grande Kabylie (chef-lieu TIZI-OUZOU). Le nouveau département d'ALGER couvrait alors 3 393 km2, était peuplé de 1 079 806 habitants et possédait deux sous-préfectures, BLIDA et MAISON-BLANCHE. 

L’Arrondissement d'ALGER comprenait 32 localités :                                                                                                           

ALGER – BABA HASSEN – BAINS ROMAINS – BARAKI – BEN AKNOUN – BIRKADEM – BIRMANDREIS – BOUZAREAH – CAP CAXINE – CHERAGAS – CRESCIA – DELY IBRAHIM – DRARIA – EL ACHOUR – EL BIAR – GUE de CONSTANTINE – GUYOTVILLE - HARRACH – HUSSEIN DEY – KOUBA – MAHELMA – OULED FAYET – POINTE PESCADE –   LA  REDOUTE – SAINT EUGENE – SAINT FERDINAND – SAINTE AMELIE – SAOULA – SIDI FERRUCH – STAOUELI – LA TRAPPE – ZERALDA MONUMENT AUX MORTS

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2