Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Entretiens

Derniere minute

INTERVIEW EN EXCLUSIVITÉ AVEC ÉRIC LEANDRI, FONDATEUR ER CEO QWANT, Le choix d'une Europe de l'innovation responsable 



Crésus : Quelle est la nouvelle dynamique d’innovation disruptive en Europe et quelle place peut jouer votre entreprise dans cette ambition de l'Europe de l'innovation disruptive ? (ou vous considérez que pour l'innovation disruptive il faut passer toujours par les Etats-Unis ?) 

Eric Leandri : Les start-up européennes ont longtemps essayé de se fondre dans le moule de la Silicon Valley, en imitant ce que les Américains faisaient, rarement avec succès. Désormais on voit beaucoup plus d'entreprises  qui s'assument comme Européennes, et qui cherchent au contraire à prendre à contre-pied ce que font les USA ou les Asiatiques. C'est ce que fait Qwant avec un moteur de recherche qui ne collecte aucune donnée personnelle, à un moment où tout le monde s'affronte pour en avoir le plus possible. Ce basculement est très intéressant parce que ça permet de faire naître non seulement de nouveaux business models mais aussi des services qui peuvent conquérir le marché avec une éthique différente, qui séduit dans le monde entier.  L'Europe doit être le continent du développement numérique durable, et elle en prend le chemin ! Je suis sûr que le fait d'être Européen sera vu  comme un marque de confiance dans nos services, et je suis fier que Qwant ait contribué à pousser dans cette direction.

Quelle est votre SIGNATURE pour l’émergence des nouveaux modèles d’innovation ensemble avec les régions, les institutions, les labs, les structures dynamiques indépendantes et agiles (comme par exemple JEDI - Joint European Disruptive Innovation) qui regroupent la diversité des contributeurs utiles, et avec des experts européens - français comme par exemple les membres du Jury European Innovation Council ?  

Nous avons noué des partenariats stratégiques avec les universités et les grandes écoles pour innover ensemble et offrir des débouchés industriels aux chercheurs. Qwant a ainsi ouvert un laboratoire commun avec Inria, qui a développé un partenariat avec l’Université Cergy-Pontoise autour de la chaire «Analyses des données», et est mécène d'une chaire de l'Institut Mines-Télécom sur la protection des données personnelles. 

Par ailleurs, nous avons fait le choix d'utiliser au maximum des licences open source pour nos projets, ce qui nous permet d'être dans une logique de compétition avec les autres entreprises. Nous avons tout intérêt à travailler ensemble au développement des technologies qui nous sont utiles à tous. Je crois que nous devons essayer de favoriser en Europe la diversité des petites et moyennes entreprises, plutôt que d'essayer de faire naître un seul géant. Nous devons pousser à la compétition. L’objectif de créer un champion européen du digital réalisant plus de 100 milliards d’euros de chiffre d’affaire (CA) ne doit plus être à l’ordre du jour. L’objectif doit à être à l’inverse de créer 100 champions européens capables de réaliser rapidement 1 milliard d’euros de CA.  En ce sens, Qwant propose la création dès 2019 d’un fonds de garanties européennes pour la croissance des entreprises européennes de la Tech. Ce fonds aurait vocation à garantir à hauteur de 100 millions d’euros 100 entreprises de la Tech sélectionnées par un comité scientifique et les services concernés de la Commission européenne.

C’est quoi le 21e siècle de l’innovation pour la société moderne et quel est l'objectif de votre entreprise dans ce système globale de création de valeur partagée par l'innovation collaborative ? 

Il faut d'abord prendre conscience du risque que nous prenons si nous continuons à innover sans faire attention aux conséquences sociétales et environnementales de nos innovations. Il faut plus que jamais remettre l'éthique au centre de l'innovation en ayant des réflexions sur l'impact qu'ont les technologies sur l'équilibre économique de la société, et donc sur le partage de valeur, mais aussi sur les libertés individuelles, et la protection de notre souveraineté, en tant qu'Etats et en tant qu'individus. Les cadres juridiques et éthiques sur l'innovation sont nécessaires, ils doivent être incitatifs et nous devons les considérer comme une chance pour imaginer des solutions nouvelles. Les enjeux de l'innovation éthique sont colossaux et on les sous-estime encore. C'est pour ça que Qwant pousse pour la promotion d'un modèle de développement durable adapté au numérique, où l'on reste maître de notre intelligence artificielle, de nos connaissances. Mais pour ça il faut des financements importants et il faut donc une vraie stratégie européenne de financement d'entreprises d'avenir, en permettant aux start-up de lever des fonds beaucoup plus importants qu'actuellement, au besoin avec une garantie publique comme nous le proposons.

Quel conseil pour les citoyens français et européens qui veulent réinventer nos entreprises, nos sociétés grâce à des innovations disruptives au cœur des transformations actuelles ? 

Je leur dis allez-y, mais faites attention. Innover pour innover ne sert à rien et généralement conduit vers le mur. Il faut réfléchir au sens de ce qu'on suggère, et proposer des solutions qui répondent aux vrais problèmes des gens.

Quel est votre grand pari pour le futur de l’Europe de l’Innovation disruptive et le rôle d'IA au service de l'Humanité?

Qwant parie sur notre capacité à rester maître de nos données et de nos intelligences artificielles, pour ne pas devenir totalement dépendants des algorithmes des autres et de leur capacité à collecter des données pour nourrir leurs IA. C'est fondamental et c'est un pari qu'il faut avoir à plusieurs, ensemble, pour réussir. C'est vraiment majeur si l'on ne veut pas que l'Europe soit une colonie numérique pour les décennies à venir. Il faut réussir ça, et nous aurons des possibilités superbes d'améliorer la vie des gens avec de l'IA ; notamment, pour la santé, les transports, l'éducation... L’Europe est la terre de la troisième voie, celle de l’innovation éthique disruptive.

 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2