Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Agriculture

Derniere minute

Concessions et fermes-pilotes



Les fermes pilotes sont des exploitations agricoles qui ont pour principale mission la production de matériel végétal et animal nécessaire à la réalisation des plans nationaux de production. 

Atterrant !

Du reste, elles contribuent, en relation avec les structures et institutions spécialisées concernées, à la conservation du patrimoine génétique sélectionné ; elles peuvent aussi participer à la mise en œuvre de la politique nationale de vulgarisation des techniques de production agricole. Cependant, force est de constater qu’au fil des ans la situation de ces centres d’expérimentation et de production agricole a connu «une véritable descente aux enfers D’abord , au temps de l’ex-ministre de l’Agriculture  Abdesslam Chelghoum lequel avait reconnu que la plupart de ces fermes étaient pratiquement en panne d’activité, voire à l’arrêt. Récemment, de l’aveu même de l’actuel ministre de l’Agriculture du Développement rural et de la Pêche, l’enquête réalisée sur les 127 fermes-pilotes expérimentales abritant 135 000 ha de terres agricoles, a abouti à un constat des plus négatifs en raison d’une gestion catastrophique de celles-ci conjuguée à un laisser-aller de la part de la tutelle.

La majorité de ces fermes pilotes ont été abandonnées, selon les propos du ministre de l’Agriculture d’où la nécessité d’une réorientation vers le partenariat avec le privé qui au jour d’aujourd’hui a permis la mise en place de 37 projets d’investissement. Au total, ce sont 174 fermes-pilotes qui sont concernées par cette opération à l’échelle nationale et il  reste 126 fermes en instance d’affectation à leurs nouveaux gestionnaires pour une superficie de 135 000 ha. Ces dernières devraient être sauvées d’une éventuelle disparition de la carte agricole de l’Algérie à l’image de celle de la wilaya d’Alger en 1998.

 

Une histoire d’attribution antérieure douteuse

Tout a commencé lorsque l’ex-chef du Gouvernement de Abdelmadjid Tebboune a pris la décision de geler l’attribution de 25 fermes agricoles attribuées à plusieurs opérateurs économiques rendant ainsi caduque la résolution N°01/135 du 3 mai 2017 portant sur les projets de partenariats public-privé concernant 25 fermes pilotes se trouvant sous la coupe de la Société de gestion des participations (SGP)/Groupe Valorisation des produits agricoles (GVAPRO ). Et c’est sans doute, l’une des toutes premières mesures prises par M. Tebboune après sa nomination à la tête de l’exécutif, le 24 mai 2017.

La célérité par laquelle a été décidée la suspension d'une résolution quand bien même adoptée par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), incite la curiosité de tous. Auparavant, suite à une réunion du Conseil des participations de l’Etat (CPE) en mai 2017, une décision a été prise pour la résiliation de cinq contrats avec des partenaires privés qui détenaient des fermes-pilotes d’une surface s’étalant sur 3 000 hectares. A vrai dire, c’est un échec de la première opération de partenariat de fermes pilotes, lancée en 2013.

 

Comment s’est effectuée la procédure d’attribution ?

Premièrement, il est utile de rappeler qu’après avoir lancé la manifestation d’intérêt national et international n°01/17 pour la création de joint-ventures dans le cadre de la mise en œuvre du partenariat public-privé en association entre des partenaires privés nationaux (ou partenaires étrangers) et les EPE/SPA fermes-pilotes, et après ouverture des plis, le jeudi 09 mars 2017, pour l’établissement de la short-list des candidatures, GVAPRO a lancé, le mardi 21 mars 2017, l’opération de retrait du cahier des charges qui a fixé le cadre général de la procédure de partenariat public-privé des fermes-pilotes. Le jour même, une réunion a été tenue au niveau du siège de GVAPRO à l’effet d’examiner les recours introduits par les manifestants d’Intérêt dont les plis n’ont pas été retenus pour cause de dossiers incomplets ainsi que certains dossiers parvenus par voie postale.

 

Objet de l'avis d'appel à manifestation d'intérêt national et international N°01/17

Dans le cadre de la  mise  en  œuvre  du  partenariat  public-privé,  le  Groupe  Valorisation  des  Produits  Agricoles «GVAPRO»  avait  lancé  un  appel  à  manifestation  d’intérêt  national et international pour la création d’un joint-venture,  en  association entre des partenaires privés nationaux (ou partenaires étrangers) et les EPE/SPA fermes pilotes, relevant de son portefeuille. Ce  partenariat,  ouvert  aux  investisseurs  professionnels  nationaux et  étrangers,  a été  effectué  conformément  aux  dispositions  législatives  et  réglementaires en vigueur, notamment les articles 58 et 62 de l’Ordonnance n° 09-01 du 22 juillet 2009 portant loi de finances complémentaire pour 2009.

Il est entendu que les terres et les bâtiments de production, rattachés à ces  fermes, sont et demeureront la propriété de l’Etat. Aussi, ils sont mis à la disposition des EPE/SPA fermes-pilotes par voie de concession conformément aux dispositions du décret exécutif n° 11-06 du 10 janvier 2011, précisant les modalités d’exploitation des terres agricoles relevant du domaine privé de l’Etat, affectées ou rattachées à des organismes et aux établissements publics.

 

L'information qui a motivé la décision de Tebboune ?

C’est, finalement, un article du site aljazairalyoum qui a mis la puce à l’oreille à Teboune. L’opération d’attribution des 25 fermes agricoles s’étalant sur 8200 hectares a eu lieu le 3 mai 2017, à la veille des élections législatives du 4 mai 2017, lors de la réunion du Conseil de Participation de l’Etat, présidée par l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et en présence de l’ex-ministre de l’Agriculture Abdesslem Chelghoum, et du PDG de GVAPRO, Mustapha Belhanini, précise le rédacteur de l'article. Ce dernier parle d'injonction des services du Premier ministère, afin d'attribuer les fermes pilotes à des personnes soi-disant influentes, en citant  le cas d'un certain B.M. de la wilaya de Chlef, un concessionnaire automobile, et propriétaire d’un établissement hôtelier, transfuge d’un secteur hors Agriculture, où des trois médecins et non vétérinaires de la wilaya de Mascara, bénéficiaires de trois fermes agricoles pilotes , au nom de D.B. , de D.A. , ainsi qu’un député du RND,  bénéficiaire aussi d’une ferme agricole dans la wilaya de Tipaza. 

Concernant, les 110 hectares des Andalouses situés dans la wilaya d’Oran, aljazairalyoum, a déclaré que cette  ferme-pilote agricole a été attribuée à un patron d’hôtels, étranger à l’activité agricole et qui comptait détourner cette superficie de sa vocation initiale, en édifiant un complexe touristique. D’autre part, le site fait état de l’éviction de la société HARVIST DZ, et son remplacement par la société DGF, une heure avant la tenue de la réunion du CPE, concernant la ferme-pilote agricole Yssad de la wilaya de Blida. Ce sont là de graves accusations de complicités à l'encontre du PDG de GVAPRO. Autant de griefs qui laissent pantois plus d’un.

 

Les partenaires privés peuvent-ils  sauver l’avenir des ferme- pilotes ?

A vrai dire, le  principe du fameux partenariat public-privé autrement dit les 3 P, est de permettre au secteur public de redynamiser la machine de production par la création de richesses. La crise financière que traverse le pays a finalement provoqué chez nos décideurs un regain d'intérêt pour ce genre de solutions. L’objectif étant de stimuler la production agricole au niveau de ces exploitations dans un but de contribuer à la réduction de la facture d’importation des denrées alimentaires. Il reste à savoir si la vocation scientifique et technique des fermes pilotes sera préservée ?

La question mérite d’être traitée à la faveur des prochaines assises de l’Agriculture que compte organiser le ministère de l’Agriculture du Développement rural et de la Pêche à partir du 23 avril prochain à Alger. En fait, il y va de l’avenir de ces espaces d’expérimentation des techniques agricoles où les outils d’aide à la modernisation de l’agriculture sont proposés aux acteurs de la production agricole.

 

Nouvel avis d’appel à manifestation d’intérêt national et international pour 38 fermes

Toujours dans le cadre de la mise en œuvre du partenariat public-privé, le Groupe Valorisation des Produits Agricoles «GVAPRO» vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt national et international pour la création d’un joint-venture, en association entre des partenaires privés nationaux (ou partenaires étrangers) et les EPE/SPA fermes pilotes, relevant de son portefeuille. Ce partenariat, ouvert aux investisseurs professionnels nationaux et étrangers, sera effectué conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, notamment les articles 58 et 62 de l’Ordonnance n° 09-01 du 22 juillet.

L’appel à manifestation d’intérêt se déroulera en deux phases : une formulation des manifestations d’intérêt, et soumissions proprement dites. A l’issue de l’examen des dossiers de présentation des manifestations d’intérêt, les candidats retenus seront invités à retirer le cahier des charges qui fixe le cadre général de la procédure de partenariat public-privé des fermes-pilotes. 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2