Contact
  • Banner SOVAC 728x90

Actualité

Derniere minute

SONATRACH, Un tout-petit JAZZ à neuf millions d’euros



 

L’affaire qui risque encore de secouer la place publique dans les tout prochains jours est  incontestablement celle pour laquelle notre entreprise «vache à lait» a gaspillé la coquette somme de neuf millions d’euros pour une opération de marketing, de communication ou de simple relooking (re-coloriage) du logo de SONATRACH.

Par S. MÉHALLA

L’intention affichée était, comme nous pouvons le supposer, pour accompagner SONATRACH dans son projet SH 2030 dans sa perspective de jouer dans la cour des grandes boîtes pétrolières. Figurer dans le TOP 5 des grandes sociétés pétrolières. Hélas ! Le marché contracté par TWJAZZ a été l’un des fiascos sur toute la ligne, le rendu d’un logo encore plus médiocre que le précédent et des mesures d’accompagnement quasi inexistantes, vu qu’aucun Algérien n’entend parler de ce SH 2030. Si les ex- dirigeants de SONATRACH tablaient sur l’excellence, voilà, disent les quelques observateurs avertis, un premier gâchis en excellence. Les questions qui se posent : Est-ce que SONATRACH a lancé un appel d’offres pour ce projet de neuf millions d’euros lorsqu’on sait que dans le code des marchés publics, il faut nécessairement plusieurs soumissions pour en décider de l’octroi du projet ? Pourquoi n’a-t-elle pas impliqué les boîtes de Com nationales. Ensuite pourquoi le choix de Paris lorsque tout le monde sait que la capitale de l’Hexagone n’a jamais été une place pétrolière. Les Iraniens, Saoudiens, Russes… (ces grands pétroliers avec qui nous voulons partager l’espace mercantile), ces Nations-là ne leur viennent jamais l’idée de choisir Paris ou Bruxelles pour des affaires de baril, de marketing ou de communication. Prenons l’exemple d’ARAMCO, son plan de communication est bien évidemment établi aux États-Unis mais d’ARAMCO RFI en parle, Les Échos en parles, Le REVENU en parle, Le Canard en Parle BFM Business et BFM en parlent, CNN en parle… Toute la presse française et américaine, spécialisée ou pas, en parle. Qui parle de SONATRACH ?

Notre tribune n’est certainement pas faite pour douter de la compétence de TWJAZZ qui, elle, est une boîte sérieuse, cotée en bourse et ne travaille que rarement avec des entreprises publiques, surtout lorsqu’il s’agit d’une entreprise algérienne... Nous nous sommes forgés une magnifique sale réputation par une poignée de dirigeants à qui le destin a mis pour un moment le sort du pays entre leurs mains. Nos entreprises manquent énormément de transparence et se font trainer une réputation de corruption inscrite dans l’ADN  de toutes transactions signées depuis une dizaine d’années, voire plus. Mais, pour le rapport qualité/prix, le peuple algérien a tout à fait le droit d’exiger de la part de TWDJAZZ ou d’une quelconque autre boîte un produit plus recherché artistiquement et une campagne auxiliaire à même d’être à  la hauteur de l’évènement qui a tout l’air de nous enfoncer un peu plus dans notre ridicule qui persiste à nous hanter.

Coda final : À l’époque, les jeunes algériens ont été plus ingénieux dans la création d’un logo de télévision publique pour neuf dinars de l’heure.

Autres temps, autre JAVA… autre JAZZ.

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2