Contact
  • Banner SOVAC 728x90
Derniere minute

  • A JUSTICE A OUVERT DES ENQUÊTES SUR SES 83 ENTREPRISES : L’homme d’affaires Sahraoui en mauvaise posture

     Les services de sécurité ont ouvert le 25 juin dernier le dossier de Abdelmalek Sahraoui, député FLN et  PDG de Promo Invest et Petroser. Il fait partie de l’un des rares oligarques algériens qui n’ont pas été encore inquiétés jusque-là par les services de sécurité lors de leurs enquêtes sur des faits de corruption. Originaire de Mascara, le patron du groupe Petroser ne va pas bénéficier pendant longtemps de l’impunité les affaires et marchés obtenus lors du règne du clan Bouteflika. Cet homme d’affaires ayant plusieurs entreprises activant dans divers secteurs, tels que l’agriculture, la commercialisation des produits pétroliers et dérivés ainsi que la prestation de service, se trouvent actuellement sous la loupe de la justice.

    Lire la suite

  • IMPORTATIONS DE KITS SKD POUR L’INDUSTRIE AUTOMOBILE : la facture toujours en hausse

    L'Algérie a importé pour 1,548 milliard de dollars de kits (SKD) destinés au montage automobile, durant les cinq premiers mois de 2019, contre près de 1,405 milliard de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de 10,25%, selon la Direction Générale des Douanes (DGD). Cette hausse s'explique, essentiellement, par les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de personnes et de marchandises, qui ont totalisé 383,85 millions de dollars durant les 5 premiers mois de 2019, contre 201,20 millions de dollars à la même période de comparaison en 2018, soit une hausse de 182,65 millions de dollars, a précisé la DGD.

    Lire la suite

  • DÉVELOPPEMENT DES START-UP EN ALGÉRIE: Le gouvernement ignore un vecteur important de l’économie

    Les différents dispositifs et mécanismes de soutien et financement des jeunes porteurs de projets afin de leur permettre de créer leurs start-up ont été mis en avant la semaine dernière à Alger.

    Lire la suite

  • MÉDICAMENT : Cinq entreprises dominent le marché

    Cinq entreprises privées dominent le marché des médicaments, a indiqué le président du conseil de la concurrence Amara Zitouni qui n’a pas dévoilé les noms de ces entreprises. Cet état de fait perturbe le marché ainsi que la qualité des médicaments a ajouté ce responsable qui plaide pour une application stricte de la loi sur la concurrence...

    Lire la suite

Mot à dire
Par :

Maîtriser la finance une vraie question

La finance a toujours eu mauvaise presse et une mauvaise image, en particulier les banques. Une vieille formule disait que les banquiers sont des gens qui vous prêtent lorsque vous leur avez fait la démonstration par A + B que vous n’en avez pas besoin. Cette boutade était une critique de la banque commerciale traditionnelle, celle qui gère des dépôts et fait des crédits, avant même que les banque...

A JUSTICE A OUVERT DES ENQUÊTES SUR SES 83 ENTREPRISES : L’homme d’affaires Sahraoui en mauvaise posture



 Les services de sécurité ont ouvert le 25 juin dernier le dossier de Abdelmalek Sahraoui, député FLN et  PDG de Promo Invest et Petroser. Il fait partie de l’un des rares oligarques algériens qui n’ont pas été encore inquiétés jusque-là par les services de sécurité lors de leurs enquêtes sur des faits de corruption. Originaire de Mascara, le patron du groupe Petroser ne va pas bénéficier pendant longtemps de l’impunité les affaires et marchés obtenus lors du règne du clan Bouteflika. Cet homme d’affaires ayant plusieurs entreprises activant dans divers secteurs, tels que l’agriculture, la commercialisation des produits pétroliers et dérivés ainsi que la prestation de service, se trouvent actuellement sous la loupe de la justice.

 Dans une correspondance envoyée par la justice à des institutions et cercles gouvernementaux, il leur est demandé de faire des recherches sur des personnes physiques, en l’occurrence les quatre frères Sahraoui, et des personnes morales ainsi que plusieurs entreprises appartenant à ces derniers. Plus en détails, la justice veut connaître avec exactitude la situation actuelle de 52 entreprises dont les sièges sociaux se trouvent pour l’écrasante majorité dans la wilaya de Mascara. Dans sa correspondance, la justice veut également savoir la façon dont les transactions et attributions ont été conclues ainsi que l’état d’avancée des projets. Cet oligarque très discret demeure jusqu’à présent méconnu de l’opinion publique algérienne. Pourtant, ce milliardaire voyage en jet privé, possède une collection de voitures luxueuses et dirige la holding Promo Invest, l’un des groupes privés les plus puissants du pays, présent dans plusieurs secteurs en Algérie, notamment dans la distribution de carburants et de produits pétrochimiques avec Petroser. Cette dernière est, sans doute, la marque la plus connue et prestigieuse de l’empire d’Abdelmalek Sahraoui. En Algérie, Petroser est la seule société algérienne privée spécialisée dans la commercialisation des produits pétroliers et dérivés (carburants, lubrifiants, bitumes). La société d’Abdemalek Sahraoui est dotée d’une plateforme de distribution développée dont plusieurs stations-service à travers le pays, notamment en Oranie. Le député de Mascara caresse depuis des années une énorme ambition : devenir le seigneur des stations-service dans l’ombre de NAFTAL, la société nationale. Il est le seul opérateur privé dans ce créneau très juteux et vierge dans un pays où la consommation du carburant est en croissance continue. Plusieurs observateurs imputent cette réussite à son amitié avec Daho Ould-Kablia, l’ancien ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales entre 2010 et 2013. Les coups de pouce successifs de l’ancien haut responsable politique ont permis l’irruption surprenante d’Abdelmalek Sahraoui lequel a rejoint récemment le club très fermé des propriétaires de jets privés en Algérie avec son Hawker 400 qui lui a coûté plus de 4 millions de dollars. Mais Abdelmalek Sahraoui ne se contente pas uniquement de Petroser et de son jet privé. Il collectionne des dizaines d’entreprises dont certaines ne développent que très peu d’activités. D’autres font beaucoup de chiffres et engrangent d’immenses revenus comme la SPA SSK, spécialisée dans la fabrication de divers produits de la chimie minérale, ou la SPA IRRHYDO Ouest, spécialisée dans l’importation de produits phytosanitaires. Certaines de ses entreprises sont dotées d’un capital qui dépasse les 150 milliards de centimes comme la SPA HSPC Algérie, spécialisée dans le commerce de gros de matériels hydrauliques destinés à l’agriculture. Justement, l’agriculture est l’autre passion d’Abdelmalek Sahraoui, un secteur dans lequel il a lancé de nombreuses entreprises à l’image de la SPA SACAGRI, spécialisée dans le commerce de gros des légumes. L’heureux député possède également des centaines d’hectares à El-Bayadh où il cultive les oliviers et d’autres cultures des arbres fruitiers. Le seigneur des stations-service veut s’imposer comme le seigneur des affaires tout court. Mais la gestion peu transparente et opaque de toutes ses entreprises risque fortement de lui gâcher son rêve. Il était un parfait inconnu jusqu’à ce qu’il soit élu député lors des précédentes élections législatives. Abdelmalek Sahraoui est certainement le député le plus riche de toute l’Algérie. Haut responsable au FCE, le patron de Petroser gagne énormément d’argent grâce à des facilités déconcertantes qui lui sont offertes par les banques publiques et les autorités locales de plusieurs wilayas notamment Mascara et El-Bayadh qui accueillent ses grandes terres agricoles. Depuis qu’il vole en jet privé et roule en Porsche, l’homme passe de moins en moins inaperçu. Et ses affaires intrigantes commencent à susciter la gêne. Aujourd’hui, il est le dixième riche homme d’affaires algérien avec une cagnotte estimée 500 millions d’euros. Le PDG de Promo Invest et Petroser a été au cœur d’un scandale en 2017 lié à un détournement d’un terrain acquis dans le cadre d’une promotion immobilière à Oran. Un entrepreneur, Laïd Abdi, l’accuse d’avoir détourné un terrain d’une valeur de près de 60 milliards de centimes pour obtenir un crédit bancaire, dans le cadre d’une caution hypothécaire, auprès de la BDL. Le mis en cause a nié toute relation avec ce scandale affirmant n’être «concerné ni de près ni de loin par cette affaire. Je n’ai volé aucun terrain. Je défie monsieur Laïd Abdi de se rendre chez le notaire pour récupérer son terrain», a-t-il encore indiqué en soulignant qu’il vient de déposer deux plaintes au niveau du tribunal de Mascara et d’Oran pour «diffamation» à l’encontre de son accusateur. Sahraoui a indiqué que Laïd Abdi a «signé tous les papiers et documents administratifs y compris l’arrêt de démolition de sa station-service». De son côté, Laïd Abdi a démenti les informations avancées par le patron de Petroser : «Je n’ai jamais été condamné par la justice. J’ai été enfermé dans le cadre de la détention préventive. Et mon affaire est toujours en cours de traitement au niveau de la Cour suprême», a confié Laïd Abdi. La fratrie Sahraoui est impliquée dans la création de plus de 53 entreprises durant la période allant de 1999 jusqu'à 2018La totalité des entreprises qui comptent comme actionnaires Abdelmalek Sahraoui dépassent le nombre de 83 ! Ces entreprises ont bénéficié de plusieurs marchés et projets. Mais elles n'auraient presque jamais déclaré un bilan fiscal favorable ou des bénéfices chiffrés en dépit de leurs juteuses opérations. Le dossier Abdelmalek Sahraoui est l'un des plus lourds dossiers que devront traiter les services de sécurité. Il est de la même taille que celui de Tahkout, Oulmi ou Ali Haddad. Le groupe Sahraoui est également, avec sa société GGI Filaha, l’un des plus grands exploitants agricoles avec un total de 17.800 hectares répartis dans les wilayas de Mascara, Saïda, Oran et Adrar. Son groupe produit des raisins de table, des cerises et autres fruits précoces, ainsi que de l’huile d’olive, des semences de pomme de terre et des céréales. Excepté son élection comme député FLN en mai 2017 dans sa ville natale de Mascara, ce milliardaire fait tout pour rester à l’abri des projecteurs médiatiques. Une discrétion qui lui permet d’œuvrer secrètement dans les couloirs et salons du Parlement afin d’étouffer les lois et projets qui pourraient nuire aux intérêts des oligarques parmi les plus riches du pays. Et c’est justement Abdelmalek Sahraoui qui a été le chef de file du mouvement des lobbyistes qui ont pesé pour modifier le contenu de la loi de Finances 2018. Pendant près de trois jours, il a mené jusqu’à tard dans la nuit les conciliabules pour convaincre les députés du FLN et rallier les autres partis qui comptent de nombreux hommes d’affaires acquis à leur cause. Abdelmalek Sahraoui est celui qui a organisé la mise en place du courant fort et puissant afin de noyauter la commission des finances du Parlement, et d’exiger le retrait de cet impôt sur la fortune qui allait le contraindre, lui et ses semblables richissimes hommes d’affaires, à payer des taxes considérables sur leur fortune. Au bout du compte, le patron de Petroser aura atteint son objectif, et derrière son air bonhomme et d’apparente naïveté, l’homme rusé qu’il est a réussi à fédérer autour de lui les forces nécessaires pour faire tomber le «satanique» impôt sur la fortune. Le trésor public a ainsi perdu une cagnotte potentielle de l’ordre de 50 millions d’euros par an. De quoi construire des écoles et des infrastructures. Il aussi, usé de son influence et celle de son parti pour contraindre le gouvernement Sellal à retirer une entreprise étatique d’un marché de 200 millions de dollars afin de le confier à une entreprise appartenant à cet oligarque originaire de Mascara.  

 

 

 

H. A.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Pub Laterale 2
  • Banner Salem 2

Monde

Sport


CAN 2019 - Algérie - Guinée (3-0): les Verts avec l'art et la manière

La sélection algérienne de football a "échappé à la malédiction" ayant frappé plusieurs grandes nations lors de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019) qui se déroule du 21 juin au 19 juillet en Egy...

Auto


Fou de CRESUS