Contact

Sport

Derniere minute

Déclarations de Courbis : La réalité du football en Algérie



Rolland Courbis, réputé pour être un homme viril et direct, a été quelque peu vexé d'être le second choix de la Fédération algérienne de football.

Dans une interview accordée à la chaine française de télévision LCI, l'ex-entraineur de l'USM Alger reconnaît avoir été contacté par la FAF. « Oui, j'ai bel et bien rencontré le président de la Fédération algérienne à Paris car je faisais partie des quatre ou cinq entraîneurs inscrits sur leur tablette. Il est vrai que la rue algérienne cite le plus souvent mon nom et les joueurs ne voyaient aucun inconvénient à ma venue ».
Il faut savoir aussi que Courbis avait donné la priorité à l'Algérie avant de signer définitivement au sein du club français FC Lorient : « Les discussions avec Lorient ont commencé juste après la défaite contre Dijon. L’Algérie avait la priorité. En plus, sélectionneur et entraîneur sont deux métiers totalement différents. Quelque part, c’était à moi de choisir le challenge ».

Jusque-là, c'était bon mais pourquoi cela a capoté par la suite. Précisions de Courbis : « A partir du moment où j’ai su que je n’étais pas le plan A… Je ne suis pas susceptible, mais j’ai aussi ma petite fierté. Sur pas mal de points, je suis un peu algérien, ou méditerranéen, sur les bords. De temps en temps, je me formalise un peu. Ça ne veut pas dire que Wilmots était une mauvaise idée. Je leur ai d’ailleurs dit que j’étais désolé que ça n’ait pas marché avec lui. C’était une très bonne idée ».

Puis, il y a eu cette entrevue avec Raouraoua à propos de la modalité du contrat. C'est ce point qui a fait reculer Courbis qui déclare que son contrat avait une durée de 20 mois, mais, renouvelable chaque mois. Un Courbis qui se voyait déjà comme salarié et qui devra attendre chaque mois pour savoir s'il continuera ou non avec les Verts ? Une histoire de....stop ou encore.