Contact
  • Banner Redmed 748x90

Monde

Derniere minute

Le miracle chinois



«Le Rêve chinois, le Rêve des gens», telle était l’affiche du président Xi Jinping sur laquelle on peut lire le slogan ci-dessus. Ces quarante dernières années, la Chine a accumulé une longue liste de réussites, l’économie chinoise a connu une croissance de 10% environ par an, ce qui a permis de décupler le revenu moyen des adultes. Cette croissance a permis à quelque 800 millions de personnes de sortir de la pauvreté et a aussi réduit son taux de mortalité infantile de 85% et augmenté l’espérance de vie de ses ressortissants de onze ans.

Il n’est donc pas étonnant que le spécialiste de la Chine Orville Schell décrive ce record comme «l’un des miracles économiques les plus étonnants de l’histoire du monde». Le caractère miraculeux des réussites chinoises rend d’autant plus tragique – et alarmant – ce qui se passe aujourd’hui dans le pays. Sous couvert de lutter contre la corruption, le président Xi Jinping  est en train de démanteler méthodiquement toutes les réformes  – ou presque – qui ont rendu possible la croissance extraordinaire de la Chine pendant quarante ans. Il est en train de remplacer un système qui accumulait les réussites, par un immense culte de la personnalité, où tout tourne autour de lui et qui lui permet de concentrer entre ses mains plus de pouvoirs que n’en a jamais détenus un dirigeant chinois depuis Mao Zedong. La Chine est maintenant la deuxième plus grande économie du monde et la plus grande si elle est mesurée en termes de PPA, après avoir pris du retard à partir de la fin du 19e  siècle, alors que plusieurs révolutions industrielles se sont aggravées dans le monde occidental. Mais la Chine a commencé un rattrapage économique sans précédent en 1978.

 Au début des réformes, en 1978, la Chine était pauvre. Son PIB par habitant était similaire à celui de la Zambie – inférieur à la moitié de la moyenne asiatique et aux deux tiers de la moyenne africaine . La Chine a connu une croissance moyenne de son PIB de près de 10% par an jusqu'en 2014, soit un PIB multiplié par 49, passant de 155 dollars américains (1978) à 7 590 dollars américains en 2014, permettant à 800 millions de personnes de sortir de la pauvreté – un niveau sans précédent de réussite. En Chine, dans les centres urbains, la pauvreté a pratiquement été éliminée. Cependant, le développement de la Chine a été conduit par l'est côtier, alors que celui de l'ouest rural est à la traîne. Son revenu par habitant est toujours inférieur à la moyenne mondiale, ce qui montre l'ampleur du développement qui reste à faire.

La Chine est devenue le centre mondial de fabrication, spécialisée dans la production de produits bon marché à forte intensité de main-d'œuvre et axée sur l'exportation, qui a permis une augmentation progressive de la complexité du produit. En résumé, sa stratégie de croissance consistait à assembler et à vendre des produits bon marché au monde entier.

Le point de départ était défavorable à cette stratégie. En 1978, les trois quarts de la production industrielle du pays étaient fournis par des entreprises publiques à contrôle central, conformément aux objectifs de production planifiés de manière centrale. L'agriculture collectivisée était la norme. Sous la direction de Deng, les prix ont été progressivement libéralisés à la suite d'un système de double prix initial permettant un quota et un prix de marché, les gouvernements infranationaux se sont vu accorder une plus grande autonomie fiscale, assortie d'incitations à attirer les investissements et à stimuler la croissance, tandis que le secteur privé en expansion. Le pays a été ouvert au commerce, soutenu par la mise en place d’un système bancaire fermé mais plus moderne .

Cet impact des progrès économiques de la Chine sur les statistiques de la pauvreté mondiale n’est pas surprenant compte tenu du fait qu’elle représente environ 18% de la population mondiale. Considérez la carte ci-dessous, qui divise le monde en cinq régions, chacune contenant la même population que la Chine. Par exemple, la Chine a la même population que l'Amérique du Nord et du Sud, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Europe de l'Ouest réunis .

 En 2016, la Chine a enregistré la plus faible croissance depuis 1990. Au premier trimestre de 2016, le pays a enregistré une croissance de son PIB de 6,7%. Qu'est-il arrivé ? Il y a eu une forte baisse de la production manufacturière et de la construction, principaux moteurs de la croissance de la Chine jusqu'à présent. Toutefois, quelques autres problèmes sont apparus, compte tenu des trois principaux ingrédients d’une croissance à long terme, à savoir le travail, la productivité et le capital.

Premièrement, la population de la Chine a culminé en 2012 et sa main-d'œuvre est en déclin. Deuxièmement, alors que la Chine rattrape économiquement le reste du monde et se rapproche de la frontière de l'innovation, les gains de productivité ne peuvent plus provenir des transferts de connaissances, mais doivent de plus en plus être motivés par l'innovation nationale. La contribution de la productivité totale des facteurs à la croissance est passée de 11% avant 1978 à plus de 40% depuis 2014. Une forte croissance à partir d'une base faible est normale la construction d'infrastructures de base est un facteur clé et devient plus difficile à maintenir à mesure que les bases sont réunies. Se rattraper est plus facile que de repousser les frontières de l'innovation. Un tel passage d'une croissance tirée par l'investissement à un modèle axé sur la productivité pourrait ajouter 5 600 milliards de dollars au PIB de la Chine d'ici à 2030 .

Enfin, les niveaux d'investissement déjà élevés de la Chine, de l'ordre de 50% du PIB, seront difficiles à maintenir compte tenu du fait que la dette totale a atteint 237% du PIB (T1 2016), en hausse par rapport à 148% à la fin de 2007. Cependant, la demande intérieure et les investissements sont à nouveau en croissance, ce dernier représentant un rythme deux fois plus rapide que le PIB au dernier trimestre de 2015, principalement dans le secteur du logement et de la promotion immobilière. Le secteur privé est le principal moteur de la croissance et de l'emploi. Entre 2010 et 2012, les entreprises du secteur privé ont produit entre les deux tiers et les trois quarts du PIB de la Chine. Il représente également 90% des exportations chinoises .

Le secteur tertiaire représente désormais la majeure partie du PIB ; les services financiers représentent plus de 80% du bénéfice économique. Le secteur tertiaire est également la principale source d’emplois (36,1%), contre 33% dans l’agriculture et 30,3% dans l’industrie, selon le Bureau national des statistiques (BNS) de Chine.

  • Pub Laterale 2
  • Cash