Contact
  • Bannire Crsus
  • Banner Redmed 748x90

Monde

Derniere minute

CHINE - ÉTATS-UNIS



«Les Américains qui subissent les rétorsions de la Chine sont de grands patriotes.» Cette phrase n’est pas de moi, elle est de Trump, le président des États-Unis d’Amérique. Nous allons y revenir. Ambiance donc entre Pékin et Washington après la nouvelle salve trumpienne de droits de douane sur une tranche supplémentaire de 200 milliards d’importations américaines en provenance de Chine.

C’est la guerre ! 

Les exportations sont stratégiques pour la Chine, car en étant devenue l’usine du monde, le parti communiste chinois a su et pu remplir les gamelles de centaines de millions de Chinois. En s’ouvrant au monde et en devenant une économie communiste de marché, la Chine a su créer des centaines de millions d’emplois et a réussi à assurer sa stabilité politique. La fin du communisme économique en Chine a été très bien gérée. Fin du système collectif, mais continuité du parti unique. La Chine incarne en réalité à merveille le paradis des multinationales. Aucun droit politique, social ou de grève, pas de normes et peu d’entraves, le totalitarisme politique chinois va comme un gant au totalitarisme marchand. Un véritable paradis sur Terre pour capitaliste en goguette.

Trump et les souverainistes américains veulent abattre la Chine, le rival le plus crédible et le plus dangereux. Casser l’économie chinoise c’est aussi casser la stabilité politique chinoise et les équilibres précaires dans cet immense pays de plus d’un milliard et demi d’habitants. Pour les États-Unis, comme pour la Chine, cette guerre économique est stratégique, et comme dans toutes les guerres, malheur aux vaincus.

Les États-Unis ont décidé de déclencher les hostilités, nous n’en sommes qu’au tout début et cela ne va faire que s’empirer (sauf si Trump perd les élections et se fait balayer, ce qui est loin d’être certain).

Trump accuse Pékin de s’immiscer dans la politique américaine

Comme le dit l’AFP, «le ton est encore monté d’un cran entre Washington et Pékin : Donald Trump a accusé mardi la Chine d’essayer d’influencer les élections américaines en ciblant sa base électorale dans la guerre commerciale en cours.» Moins de 24 heures après l’annonce par la Maison Blanche de taxes sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises supplémentaires, Pékin – qui a jugé «incertaine» une reprise des négociations – a imposé des droits de douane pour 60 milliards de dollars de biens américains importés. Voici les derniers tweets de Trump qui ne mâche pas ses mots et qui s’exprime sans ambiguïté, n’en déplaise à tous les mondialistes, globalistes, qui ont permis de laminer les capacités industrielles des pays occidentaux depuis 20 ans en permettant, en organisant et en encourageant les délocalisations massives :

En conférence de presse, le président américain a martelé son message en déclarant à propos des droits de douane que «cela aurait dû être fait depuis 20 ans (…) Nous nous sommes fait avoir par la Chine (…) Ma priorité ? Protéger les travailleurs américains, protéger les fermiers américains». Au-delà, et après l’épisode d’intervention russe dans la campagne ayant permis l’élection de Trump, c’est au tour de la Chine d’être accusée de s’immiscer dans la nouvelle campagne électorale américaine cette fois, la Chine « soutenant » ses alliés mondialistes.C’est une lutte acharnée entre deux visions totalement opposées et irréconciliables du monde.

«La Chine a ouvertement indiqué qu’elle tentait activement d’influencer et de changer notre élection en attaquant nos agriculteurs, nos éleveurs et nos ouvriers de l’industrie parce qu’ils sont loyaux à mon égard. » Furieuse, la Chine a indiqué qu’elle pourrait ne pas revenir à la table des négociations destinées à trouver un compromis. Pour Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise, «de telles discussions doivent se tenir sur la base de l’équité, de l’égalité et de la bonne foi. Or, ce que les États-Unis viennent d’annoncer ne témoigne d’aucune sincérité, d’absolument aucune bonne foi», s’est-il indigné. Pour Pékin, ces droits de douane sont tout simplement « inacceptables ».

 

Comment se préparer

ce volet visible de guerre commerciale n’est que l’un des moyens utilisés par les Américains pour retrouver une domination sans partage sur le monde. Cette stratégie des États-Unis va avoir des conséquences à court, moyen et long terme. Lorsque Trump enclenchera la dernière phase de la guerre commerciale, il taxera l’ensemble des produits en provenance de Chine, ce qui veut dire aussi bien vos godasses que vos pantalons. Si la guerre commerciale s’amplifie, il y aura très concrètement «pénurie» de chaussures et de pantalons !! Cela vous montre qu’au-delà d’un plan épargne boîte de conserve, si vous êtes américain, achetez quelques tee-shirts d’avance à 2 $ !!! Il va falloir réindustrialiser les États-Unis. Pour cela, il va falloir rendre plus rentable la production locale.

Il faut donc taxer ce qui vient de l’étranger. Nous finirons tous par faire la même chose, y compris en Europe, car nous évoluons dans un monde sous contraintes. Nous n’en sommes qu’au début de la guerre commerciale, et nous n’en avons encore pas vu les effets sur le terrain, en bas, dans nos rues et dans nos magasins. Pourtant, l’ère d’abondance liée à la mondialisation sauvage touche à sa fin. Si c’est à mon sens une excellente nouvelle, cela ne sera pas sans douleur. Trump a déclaré la guerre, et il sait très bien que toute guerre est désagréable et réclame des efforts pour être gagnée, mais ne sous-estimez jamais les Américains. Quand ils font la guerre c’est pour gagner, certainement pas pour participer, et si cela implique d’atomiser quelques villes, ils n’hésiteront jamais à le faire. L’histoire est écrite par les vainqueurs. Pas par des vaincus bêlants. Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

 

Trump taxe 200 milliards de produits chinois 

Pékin riz jaune ! 

C’est la guerre commerciale, la guerre sans fin parce que c’est une guerre itérative et progressive. La démondialisation est un processus. Trump est dépeint sous nos contrées par ses adversaires globalistes et mondialistes comme un terrible crétin totalement abruti. Je vous ai déjà dit que cela n’était pas le cas, et que la stratégie de Trump ou encore sa politique, que l’on peut combattre d’ailleurs ou avec laquelle on peut être en désaccord, sont très cohérentes et je dirais même brillantes compte tenu des objectifs désirés.

L’objectif c’est «make America great again», et encore une fois, cela veut dire par effet de conséquence de rendre d’autres pays plus petits… dont un en particulier qui menace de faire trop d’ombre à l’oncle Sam, à savoir la Chine. Le second, l’Europe, doit être empêché d’émerger comme un ensemble uni et politiquement fort avec une monnaie crédible. Le troisième enfin, la Russie, doit être combattu sur tous les continents. L’Amérique de Trump est en «guerre» économique et commerciale contre le reste du monde pour sa domination sans partage.

 

Il faut faire dérailler la Chine

Il faut faire dérailler la Chine bien évidemment, et pour cela, c’est assez simple. La Chine est un énorme exportateur, ses usines tournent à plein régime pour alimenter l’Amérique du Nord et l’Europe en containers entiers de chinoiseries plus ou moins utiles, plus ou moins technologiques. Pour faire dérailler la Chine, il suffit de ne plus lui acheter de produits ou nettement moins en les taxant avec des droits de douane et de cesser tous les transferts technologiques.

Si l’objectif de faire dérailler la Chine est celui qui est poursuivi, permettant ainsi la réindustrialisation des États-Unis, cela ne peut pas se faire brutalement et il faut laisser le temps y compris aux industriels américains de s’adapter, de s’approvisionner, de constituer des stocks tampons le temps de remettre en place d’éventuelles capacités de production, etc. C’est exactement ce qu’il se passe, et en réalité, pour le moment, plus les taxes augmentent et plus elles sont annoncées en augmentation, plus les importations américaines en provenance de Chine sont en augmentation.

C’est pour cette raison que vous avez l’impression que cette guerre commerciale est «sans fin», qu’elle dure, et n’en finit jamais… Eh bien nous n’en sommes encore qu’au début, et si Trump remporte les élections de mi-mandat dans quelques semaines, alors le processus de démondialisation va s’accélérer et devenir nettement plus «violent». Certes, pourtant il restera progressif.

 

200 milliards de produits taxés

Donald Trump a annoncé la taxation de 200 milliards de dollars (170 milliards d’euros) d’importations chinoises à partir de lundi prochain. Le taux des nouveaux droits de douane sera de 10 % dans un premier temps pour monter ensuite à 25 % d’ici la fin de l’année. «Les tarifs douaniers prendront effet le 24 septembre et s’élèveront à hauteur de 10 % jusqu’à la fin de l’année. Le 1er janvier, les taxes douanières seront portées à 25 %», a-t-il expliqué dans un communiqué transmis par la Maison Blanche.

Dans le même temps, M. Trump n’a pas exclu l’imposition d’une nouvelle vague de droits de douane : si la Chine riposte en visant l’agriculture ou l’industrie américaines, il passera à « la phase trois » et taxera 267 milliards de dollars d’importations chinoises supplémentaires. Le vice-Premier ministre chinois Liu He a convoqué une réunion mardi matin pour discuter de la réponse du gouvernement à la décision américaine, rapporte l’agence Bloomberg. Jusqu’à présent, les États-Unis avaient imposé depuis début juillet des droits de douane à 25 % sur 50 milliards de dollars de produits chinois (en deux étapes) pour faire pression sur la Chine afin qu’elle modifie radicalement sa politique en matière de commerce, de transferts de technologie et de subventions aux industries de haute technologie.

La Chine a riposté en taxant le même montant d’importations américaines…

Comme vous pouvez le voir sur ce graphique, si les indices boursiers américains se portent encore pour le moment à merveille, côté Chine… c’est la Bérézina !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

  • Pub Laterale 2
  • Cash