Contact

Derniere minute

Derniere minute

Foncier et migrations en Afrique : Atelier de réflexion en Côte d’Ivoire



un atelier de réflexion sur les enjeux fonciers des migrations s’est ouvert le 15 décembre 2016 à Korhogo, dans le Nord de la Côte d’Ivoire. L’atelier est organisé par l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA), une structure basée à Dakar (Sénégal). Réunissant une cinquantaine d’universitaires et d’experts des questions migratoires, cet atelier devrait permettre de cerner les questions qui se posent aux migrants dans leur accès aux terres et à leur exploitation. Les réflexions devraient également s’orienter vers les réponses gouvernementales adéquates à ces problématiques. « Ces experts, essentiellement des chercheurs et consultants nationaux et internationaux, vont tenter d’analyser les différentes formes de migrations, puis proposer des solutions permettant d’anticiper les conflits qu’elles suscitent, la question foncière étant, selon les initiateurs, l’une des causes de l’instabilité sociopolitique qu’a connue la Côte d’Ivoire ».

Dans un souci de sécurisation du foncier et de protection des terres éburnéennes, le gouvernement a introduit dans la constitution récemment entrée en vigueur des dispositions interdisant aux étrangers la propriété des terres agricoles. La migration est définie comme un changement du lieu de résidence habituelle d’une personne pour une durée minimale conventionnelle estimée par les démographes à six mois. De manière générale, elle désigne tout déplacement d’un individu d’une entité administrative vers une autre pour un séjour d’une durée variable. On établit une distinction entre migrations internes et migrations internationales. Les migrations internes concernent les déplacements qui se déroulent à l’intérieur des frontières d’un même pays. Les migrations internationales ou externes désignent les déplacements impliquant le franchissement d’une frontière internationalement reconnue. Internes ou externes, une particularité des migrations ouest-africaines est qu’elles s’orientent pour une grande part vers le milieu rural en vue de profiter des opportunités de réalisation d’activités agricoles.