Contact

Derniere minute

Derniere minute

Une première pour cette pétromonarchie : L’Arabie saoudite lance un emprunt international



premier exportateur mondial de pétrole, l'Arabie saoudite projette un déficit budgétaire de 87 milliards de dollars cette année et s'efforce de diversifier son économie.
L'Arabie saoudite s’ouvre aux capitaux étrangers. Riyad a lancé le 19 octobre dernier un grand emprunt international de plusieurs milliards de dollars. Une première pour cette pétromonarchie. L'Arabie saoudite va tenter de lever sur les marchés entre 10 et 20 milliards de dollars, en émettant de la dette sur cinq, dix et trente ans.

Pour l’instant, le royaume n’a pas un besoin urgent d’argent. Il peut encore tenir quelques années puisque ses réserves de change s’élèvent à près de 600 milliards de dollars.
Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie saoudite est tout de même fortement affectée par la chute des cours du baril. Le brut a perdu 60 % de sa valeur en deux ans et Riyad cherche donc de nouvelles sources de financement. Pour organiser cette émission de dette, le royaume s’est donné les moyens. Il s’est entouré de grandes banques internationales comme BNP Paribas et Bank of China.
L’Arabie saoudite s’est également mise en conformité avec les marchés, notamment en matière de déficit et de réserves pétrolières. Enfin, Riyad a accepté de dévoiler ses statistiques économiques. Cette levée de fonds devrait être un succès. Les investisseurs trouveront un meilleur rendement à leur placement qu’en Europe, où les taux sont proches de zéro.