Contact

Derniere minute

Derniere minute

En dépit de la loi sur les banques et les établissements financiers : Le secteur bancaire en Tunisie à la traîne



un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) a révélé la faiblesse de l'efficacité du secteur financier en Tunisie. Le rapport a souligné que l'efficacité financière en Afrique du Nord représente un obstacle majeur à l'économie, qui est maintenant dans un grand déficit, et donc loin des attentes du développement du pays. La Banque africaine de développement a également souligné la mauvaise gouvernance dans le secteur bancaire tunisien, qui entraîne une répartition inefficace des portefeuilles crédits et une surveillance inappropriée des risques, sans parler des créances douteuses qui atteignent des proportions élevées (16% des prêts en 2015) par rapport aux pays de la région.

Le rapport de la BAD a révélé aussi que le secteur non bancaire en Tunisie est à la traîne et que le stock des marchés de capitaux reste modeste, et que le capital de la bourse ne dépasse pas 24% du PIB, contre 76% au Maroc. Le rapport de l’institution bancaire africaine indique par ailleurs que «la proportion des ressources propres du système bancaire de la Tunisie est estimée en mars 2015 à environ 9,5 %, soit au-dessous du seuil autorisé qui est de 10 % en raison de banques publiques dont les ressources propres ne dépassent pas les 3,5%. Le rapport expose la situation économique dans la région de l'Afrique du Nord sur la base de cinq priorités mises en oeuvre par la BAD et qui consistent en l’industrie, l'énergie, l'intégration régionale dans le domaine de l'infrastructure, l'agriculture et l’amélioration du niveau de vie en Algérie, en Egypte, en Libye, au Maroc, en Mauritanie et en Tunisie.