Contact

Derniere minute

Derniere minute

Marché de l’automobile : Les véhicules coûteront encore plus cher en 2017



Après une augmentation qui a suscité des polémiques durant l’année en cours, les prix des véhicules vont encore augmenter en 2017, annonce l’association des concessionnaires automobiles, AC2A.

« Pour 2017, il y aura d’autres augmentations des prix des véhicules neufs. On s’attend à une dévaluation supplémentaire de 15% du dinar par rapport aux autres monnaies. Cela va donc se répercuter systématiquement sur les prix des véhicules neufs qui devraient augmenter entre 15 et 20% », a indiqué mardi à Alger le président de cette association, Sofiane Hasnaoui cité par l’APS. Il a expliqué que la hausse actuelle des prix est le résultat non seulement de la dévaluation de 30% du dinar depuis les deux dernières années, mais aussi du coût de certains équipements qui étaient optionnels auparavant mais devenus obligatoires en application du nouveau cahier des charges, notamment ceux liés à la sécurité (ABS-AirBag).

Pour le président de l’AC2A, les augmentations des prix attendues pour 2017 seront engendrées par les quotas d’importation des véhicules neufs prévus pour l’année prochaine. Il a expliqué que l’achat des véhicules neufs sera plus cher auprès des constructeurs à l’étranger du fait que ces derniers augmentent systématiquement les prix lorsque les commandes ne sont pas importantes. Néanmoins, le marché local devrait connaître un « renversement » positif une fois que l’offre locale sera plus conséquente, a prédit M. Hasnaoui qui a considéré que le marché avait de « bonnes perspectives de croissance », surtout que sur un parc avoisinant les 6 millions de véhicules, 65% ont plus de 10 ans d’âge. Citant l’exemple de Renault Algérie, M. Hasnaoui a indiqué que l’usine de montage était « en avance » en termes de croissance par rapport aux prévisions initiales, en précisant qu’elle produit actuellement 40.000 unités annuellement au lieu des 25.000 prévus au lancement.

Sur le plan social, la crise financière et des mesures prises pour réduire les importations des véhicules (licences d’importation…), a poussé les concessionnaires à perdre 50% de leurs effectifs qui étaient de 50.000 emplois directs et de 100.000 emploi indirects créés à travers les réseaux de distribution et les points de vente. Les concessionnaires s’attendent également à des pertes de 85% de leur chiffre d’affaires en 2016, selon M. Hasnaoui.