Contact

Derniere minute

Derniere minute

Mila : Le foncier agricole en danger



« La sonnette d’alarme est tirée, désormais l’Etat sévira par la force de la loi. Aucune parcelle agricole ne sera plus déclassée pour servir à des projets urbanistiques ou industriels ». C’est en ces termes que Abderrahmane Madani Fouatih, le wali de Mila, wilaya de l’est de l’Algérie, dresse le constat du détournement du foncier agricole devenu préoccupant.

Comme le précise le site d’information El Watan, la situation est critique. « Des plaines entières, réputées autrefois pour la qualité de leurs terres, servent actuellement d’assiettes aux projets immobiliers ou économiques. Les terres agricoles de la wilaya de Mila se rétrécissent comme une peau de chagrin à cause de la multiplication des actes de détournement de ce foncier au profit de projets urbanistiques ou industriels. Pas une seule commune n’est épargnée par le déplorable phénomène qui touche tant les terres privées qu’étatiques », rapporte le site.

Si la situation est préoccupante, le wali compte toutefois situer les responsabilités. « Parfois le mal vient de l’intérieur des institutions de l’Etat. Il existe des élus corrompus ou ingrats qui utilisent leur pouvoir pour détourner des terres à leur propre profit ou aider à ce détournement. L’Office national des terres agricoles doit faire son travail de protection des terres et ouvrir une enquête approfondie pour débusquer tous les prédateurs du foncier agricole », a-t-il conclu.

Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture a installé récemment une commission pour élaborer un plan global visant à réhabiliter les terres agricoles abandonnées ou peu exploitées.

Cette commission a été installée afin de réfléchir sur les moyens et les efforts à fournir pour exploiter les terres agricoles abandonnées appartenant à l’État et aux privés, précise le ministère. Ces terres en jachère constituent 48% de la superficie globale des terres agricoles en Algérie, un potentiel négligé qui doit être mis à profit très rapidement.