Contact

Derniere minute

Derniere minute

Indice de la consommation : Les Algériens subissent la flambée des prix



Les statistiques du ministère du Commerce montrent qu’il y a eu une flambée généralisée des prix des produits alimentaires qui impacte directement les portefeuilles des consommateurs algériens.
Les prix de la majorité des produits alimentaires ont connu une hausse importante depuis le mois d’août dernier par rapport à la même période de l’année dernière, selon la même source.

A titre indicatif, le riz a augmenté de 7,1%, les pâtes alimentaires de 7%, la farine conditionnée (6,3%), le concentré de tomate (5,6%), le thé (5,3%), le sucre blanc (2,3%), le café (1,7%), les huiles alimentaires (1%) et la semoule ordinaire (0,1%). Même chose pour les légumes secs, à l’exception des haricots secs dont les prix ont baissé de 7%. Le prix des pois chiches a connu une flambée (+60,4%). Les lentilles ont, en revanche, augmenté de 22,1%. Beaucoup de légumes frais ont connu également la même tendance, à l’image de l’ail importé (+28,7%), l’ail local sec (+18,2%) et la tomate fraîche (+17,6%). Les seuls produits qui font exception sont l’oignon sec (-31,4%) et la pomme de terre (-8,3%). Les prix des viandes ont également connu la même tendance haussière (poulet éviscéré avec 13,7%, viande bovine congelée (1,5%). Les prix des œufs sont montés aussi en flèche avec un taux de 33,3%. En somme, presque tous les produits alimentaires ont connu des hausses.

Ces augmentations qui touchent même des produits subventionnés par l’état et dont les prix sont plafonnés, augurent de lendemains encore plus douloureux. En effet, les augmentations prévues dans le cadre de la Loi de finances 2017, celles par exemple relatives aux taxes dont les taux sont revus à la hausse, ne manqueront pas d’entraîner de nouvelles augmentations. Au final, c’est le consommateur qui payera la différence de toutes les augmentations directes et indirectes.