Contact

Derniere minute

Derniere minute

Arabie saoudite-Egypte : L’austérité gâche la lune de miel



Après une longue période de convivialité, il est devenu difficile de cacher les différends égypto-saoudiens. La lune de miel entre Le Caire et Riyad marque le pas : l'aide promise au régime du président Abdel Fattah al- Sissi serait devenue une carte de pression dans les mains de Ryad pour forcer le Caire à modifier ses positions.
L'affrontement entre le Caire et Ryad sur plusieurs dossiers est apparu, il y a environ un an et ce, après un an et demi d’entente, en particulier lorsque l'Arabie saoudite offrait des milliards de dollars au régime d’Abdel Fattah al-Sissi. Mais la divergence dans le dossier syrien, notamment sur le sort du président Bachar al-Assad a fait voler en éclat cette entente.

Il convient de noter qu’environ un million d'Egyptiens travaillent en Arabie saoudite et seront touchés par la politique d’austérité du royaume. La divergence de vues est apparue au grand jour lors de la session du Conseil de sécurité de l’ONU, lorsque le Caire a changé un vote de soutien à la position saoudienne et française pour soutenir la position de la Russie.
Ce n'est pas la première fois que Le Caire est opposé à la position de Ryad sur la Syrie, en particulier son insistance sur la conduite de la solution avec la participation du président al-Assad, au moins dans la phase de transition. Au Conseil de sécurité, il y a quelques jours, la position égyptienne prise et le non-soutien à la position saoudienne a annoncé le début d'une nouvelle phase de la relation dans laquelle le royaume peut punir le régime al-Sissi sur plusieurs dossiers. Parmi ces dossiers, la guerre ouverte au Yémen. Bien que le Caire ait préféré garder le silence sur le grand massacre de Sanaa, il a exprimé sa grande préoccupation dans les coulisses.

D'autre part, la présence d'environ un million d'Egyptiens dans le royaume fournit des devises fortes au pays. L'augmentation des frais pour les émigrés en raison du déficit budgétaire et de la baisse des prix du pétrole inquiète les Egyptiens.