Contact

Derniere minute

Derniere minute

La question du foncier demeure problématique



Des experts en économie ont appelé, samedi à Alger, à la nécessité d’améliorer l’attractivité du climat des affaires en Algérie, bannir les pratiques bureaucratiques et à promouvoir « les moteurs alternatifs de la croissance économique ». Lors des travaux de l’université d’été du Mouvement populaire algérien (MPA), les participants ont insisté sur l’importance de sortir de la rente pétrolière, et de bâtir une économie basée sur l’entreprise et le développement de l’agriculture.

Selon l’expert en économie, Mustapha Mekidèche, il faut « recourir aux nouveaux moteurs de croissance », car même avec un baril à 80 dollars, il est difficile de sortir de la crise. L’Algérie, reconnaît- il, est dans le podium en Afrique dans le développement humain, car elle a relevé de grands défis, notamment l’approvisionnement en eau, l’électricité et la santé, en précisant qu’il est impossible de développer une économie nationale sans développer une économie territoriale.
De son côté, Salaheddine Abdsamed, vice président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), a indiqué que le vrai défi que l’Algérie doit relever est l’emploi car, à l’horizon 2030, le pays comptera 50 millions habitants, dont 50% auront entre 24 et 64 ans avec 1 million d’universitaires. L’économie algérienne, dit-il, «est capable de faire face à ce défi, à la seule condition de booster la création d’entreprise et de mettre cette dernière au cœur de l’économie ».