Contact

Derniere minute

Derniere minute

Son PDG critique les autorités



Et Ali Haddad se manifeste pour racheter la compagnie

Après la lettre polémique dans laquelle il a tiré la sonnette d’alarme sur les difficultés financières qui secouent la compagnie, le PDG d’Air Algérie, Bakhouche Allèche, a critiqué indirectement les autorités du pays. Intervenant sur une chaîne TV privée, Bakhouche Allèche estime que la «close communautaire» n’est pas respecté en Algérie. 

Il donne à cet effet l’exemple d’une compagnie espagnole Vueling Airlines, desservant Marseille-Alger, alors que cette ligne devait être exclusive aux compagnies algériennes et françaises. Ainsi, Bakhouche Allèche fait état de 27 compagnies concurrentes, dont 7 sur les lignes entre l’Algérie et la France. 

Air Algérie fait ainsi face à «une concurrence féroce, agressive et massive. Certains parlent de la nécessité d’ouvrir l’espace aérien au privé ; nous, nous considérons que c’est déjà ouvert», a-t-il argué.

Malgré la rude concurrence, le PDG d’Air Algérie affirme garder 50% des parts de marché sur ses lignes, ce qui montrerait, selon lui, que la compagnie est «performante» d’où l’intérêt de l’homme d’affaires Ali Haddad qui veut racheter la compagnie. Affaire à suivre.