Contact

Derniere minute

Derniere minute

Paradis fiscaux



Accord sur l'échange automatique de données bancaires appliqué à partir de samedi dernier 

La pression s'accentue sur les fraudeurs fiscaux. À partir de ce samedi dernier, 50 pays pourront échanger automatiquement des informations bancaires sur leurs résidents dans le cadre d'un accord conclu sous l'égide de l'OCDE en 2014. Une étape supplémentaire dans la lutte contre la fraude fiscale à l'échelle mondiale. Parmi les pays signataires (au total 95 pays ont signé l'accord, mais une cinquantaine l'appliqueront en septembre 2018), on retrouve presque la totalité des États membres de l'Union européenne. A l'instar de la France, la Belgique, l'Allemagne, ou encore l'Espagne, qui mettent en place cet accord dès maintenant. De son côté, l'Autriche n'appliquera l'accord qu'en septembre 2018. Idem pour la Suisse. Au-delà des frontières européennes, on relève des pays tels que le Mexique, l'Afrique du Sud ou la Colombie.

Le plus remarquable est l'application de ce texte par des pays qui ont pendant longtemps figuré sur la liste noire des paradis fiscaux non-coopératifs de l'OCDE. C'est le cas notamment du Lichtenstein. D'autres paradis fiscaux, comme les Iles Vierges britanniques, Saint-Marin ou Les Bermudes ont aussi rejoint l'accord. Signe sans doute d'un changement d'époque. Parmi tous les pays signataires, les Etats-Unis, première puissance économique du monde, manquent à l'appel. Pourtant, les Américains sont en pointe pour contrer les tentatives de fraude fiscale de leurs citoyens.                     

Sources : Presse internationa