Contact

Derniere minute

Derniere minute

Hassan Bachir chérif et Ghania yacef-toumi nous quittent



BCH à refusé le poste de ministre de la Communication...

Deux confrères viennent de nous quitter à jamais. Il s’agit du directeur de la publication du quotidien La Tribune, Hassen Bachir-Cherif, emporté par un arrêt cardiaque dimanche dernier à l’aube à l’âge de 66 ans et de notre consœur de la radio El Bahdja, Ghania Yacef-Toumi, décédée samedi dernier à Paris des suites d’une longue maladie. 

Agée de 39 ans, Ghania Yacef avait entamé sa carrière en animant des émissions dédiées aux enfants à la chaîne II. Elle avait rejoint par la suite la radio El Bahdja. Elle sera enterrée aujourd’hui. Par ailleurs, notre confrère Hassen Bachir Cherif, a été inhumé le jour même de son décès au cimetière de Ben Aknoun, en présence d'une imposante foule dont notamment les journalistes, des chefs de partis politiques, des ministres, des conseillers à la présidence de la République, Said Bouteflika et Kamel-Rezzag Bara, du SG du FLN, Djamel Ould Abbes des DG de l’APS et de l’ENTV, Kacha et Tewfik Khelladi, de l’ancien ministre de la Communication Nacer Mehel et de l’ex- DG de l’ENTV Hamraoui Habib Chawki. Il y avait également la majorité des responsables du secteur de la presse, des responsables d’agences, des amis et même de l’ancien président de la FAF Mohamed Raouraoua.

Des hommes d’affaires et des membres du FCE ont assisté à l’enterrement ainsi que Issad Rebrab le patron de Cevital et les anciens responsables de la zone autonome d’Alger. BCH comme on l’appelait affectueusement disparaît au moment où la presse écrite, dont il est un des fervents défenseurs, traverse une zone de turbulences. Ancien journaliste à El Moudjahid, il avait également été responsable de la communication au ministère de la Jeunesse et des Sports (1988) et au niveau de la chefferie du gouvernement (1989-1990), avant d’intégrer l’équipe rédactionnelle du quotidien La Nation dirigé par Amar Belhimer avant de redevenir hebdomadaire sous la coupe de feu Ameyar Kheireddine. Par la suite, Hassen Bachir-Cherif fonda en 1994 avec Kheireddine Ameyar et Baya Gasmi aujourd’hui disparus le quotidien La Tribune, un journal qu’il dirigeait depuis la disparition tragique de Ameyar Kheireddine. Sa disparition intervient quelques jours après le décès d’un autre grand nom de la presse écrite algérienne.

Il s’agit du journaliste et écrivain Abdelkrim Djilali, qui s’est éteint il y a quelques jours. La mort de Bachir Chérif Hacene va encore remettre au devant de la scène la crise de gestion du journal la Tribune qui a éclaté au lendemain du décès de Kheiredine Ameyar. Il laisse derrière lui, une veuve et trois enfants nés de son premier mariage. Il y a quelques jours, le défunt nous a révélé sous le seau de la confidentialité que le nouveau Premier ministre Abdelmadjid Tebboune lui avait proposé le poste de ministre de la Communication.

Il avait accepté la proposition, disait-il, mais en posant deux conditions essentielles selon lui. D’abord qu’il «ait les mains libres et surtout de nouer des relations amicales avec l’ensemble de la presse écrite y compris ceux qui étaient en désaccord avec le gouvernement ou qu’ils critiquaient la gestion des affaires de l’Etat». Enfin la seconde condition qu’il émit en avant et celle relative à  la distribution équitable de la rente publicitaire sachant que certains titres n’ont pas droit depuis des années. Selon feu Bachir Chérif, son interlocuteur lui aurait fait part de son impossibilité à  accepter ces deux conditions lui faisant remarquer toutefois que «ces questions sont traitées en haut». 

Condoléances

Hassen Bachir Cherif, journaliste et directeur du quotidien La Tribune, est décédé dimanche à l’aube, à Alger, à l’âge de 66 ans, d’un arrêt cardiaque, rapporte l’agence APS qui cite des proches. Ancien journaliste à El Moudjahid, le défunt a également été responsable de la communication au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports (1988) et au niveau de la Chefferie du gouvernement (1989-1990), avant d’intégrer l’équipe rédactionnelle de l’hebdomadaire La Nation. Avec d’autres journalistes, il fonde le quotidien La Tribune, qu’il dirigeait à ce jour. L’enterrement a eu dimanche dernier au cimetière de Ben Aknoun à Alger. En cette douloureuse circonstance, Crésus et son directeur Samir Mehalla et Hocine Adryen présentent à la famille de Bachir Chérif ses sincères condoléances  à l’assure de sa profonde compassion.

  A Dieu nous appartenons, à Dieu nous retournons.